Derniers articlesFAITS DIVERS

Oyem : il viole et contamine une MST à une mineure

La problématique des abus sexuels n’a pas fini de faire la une de l’actualité. Dernier fait en date, l’interpellation à Oyem dans la province du Woleu-Ntem  du dénommé Bruno Ango qui aurait violé une jeune fille de 14 ans et par la même occasion l’aurait contaminé une maladie sexuellement transmissible (MST).

99 jours pour le voleur, un jour pour le propriétaire. Cet adage bien connu en Afrique sied bien aux péripéties vécues par Bruno Ango, la trentaine révolu qui, loin des conventions sociétales, avait décidé d’entretenir des relations intimes avec une gamine âgée seulement de 14 ans. Des agissements qui, selon les informations relayées par le site d’actualité Infos241 durait depuis plus d’un mois sans que ce dernier ne soit inquiété.

Une relation intime avec une mineure entretenue pendant un mois 

En effet, le pot au rose aurait été découvert après la jeune fille ait constaté qu’elle avait contracté une maladie sexuellement transmissible. Prise de peur, cette dernière se serait confié à son bourreau pour lui demander son aide. Le contrôleur d’exploitation en service au Conseil gabonais des chargeurs (CGC) aurait refusé de participer au traitement de la jeune fille. Ne sachant pas quoi faire, l’adolescente se serait alors confiée à un officier judiciaire. 

Ainsi, son confident aurait vite fait de lancer une procédure judiciaire contre le délinquant sexuel. Manque de pot, Bruno Ango aurait été rapidement interpellé par les agents de la Direction générale de recherche (DGR). Ce dernier aurait reconnu qu’il entretenait bien une relation amoureuse avec l’adolescente de 14 ans. À l’heure où nous couchons ces lignes, le présumé violeur aurait été placé sous mandat de dépôt par un juge d’instruction. 

Esther Kengue

Diplômée en Communication des organisations, l'écriture est une vocation que je mets au quotidien au profit de la rédaction de Gabon Media Time pour servir mon pays.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page