Derniers articlesSOCIETE

Gabon : l’éducation à la santé sexuelle finalement érigée en priorité par le CTRI

Ecouter l'article

L’éducation est un pilier important dans le développement social inclusif. Soucieux du devenir de la génération future, le Comité de transition pour la restauration des institutions à travers le programme triennal 2024-2026 défini dans son Plan national de développement de transition (PNDT) met un accent particulier sur l’éducation à la santé sexuelle. Une réforme pédagogique qui permettra aux jeunes élèves de faire face aux maux qui minent la jeunesse gabonaise, mais qui reste tout de même controversée. 

Les jeunes sont l’avenir de la société, une expression que l’on a très souvent entendue. D’ailleurs le feu président Omar Bongo Ondimba disait « la jeunesse est sacrée ». Épousant cette vision, le gouvernement et le CTRI à travers le PNDT 2024-2026 tablent sur des nouvelles réformes pédagogiques en vue d’améliorer la qualité de l’enseignement, en y incorporant l’apprentissage de l’Éducation à la santé sexuelle et reproductive (ESSR). Un moyen qui viendra renforcer les connaissances à la fois des enseignants et des apprenants sur ces questions.

L’éducation sexuelle complète une réponse éducative pour le CTRI 

En effet, bien que controversé, ce programme quoi qu’on en dise, s’inscrit dans une logique de renforcement des connaissances dans les domaines des grossesses précoces, du VIH/Sida, des IST, et les violences basées sur le genre entre autres. Partant du principe que la sexualité demeure encore tabou dans plusieurs foyers et que bien souvent, des adolescents se retrouvent à avoir une vie sexuelle active sans avoir reçu au préalable une préparation ou des connaissances, avec comme résultat, des problèmes liés à la santé sexuelle et reproductive. 

Avec des « résultats attendus de cette réforme qui seront perçus à deux niveaux, d’une part du point de vue de la conception et de la mise en œuvre des outils et d’aute part du  point de vue de l’impact des outils sur les élèves » comme indiqué dans le PNDT, les autorités de la transition entendent à travers l’introduction de l’éducation sexuelle complète dans les programmes scolaires, apporter des réponses à ces maux. 


Outre l’intégration de l’éducation à la santé sexuelle, le gouvernement prévoit également « l’élaboration de curricula d’éducation à la citoyenneté-formation civique, et langues nationales. L’introduction des TICE, l’intelligence artificielle et la robotique, l’organisation de l’éducation inclusive dans les classes pré primaires, primaires et secondaires, l’élaboration des curricula et des programmes de formation des centres d’alphabétisation ». Des réformes visant à rendre l’éducation plus inclusive.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page