A La UneDerniers articlesPOLITIQUE

Gabon : le Cl. Maurice Ntossui Allogo saisit le B2 après la découverte 10 conteneurs de Kevazingo

Le ministre des Eaux et Forêts  chargé de la préservation de l’Environnement, du Climat et du Conflit Homme-Faune a fait la découverte de 10 conteneurs de Kevazingo le 1er novembre 2023 à l’ancien site d’entreposage de la société Getman situé à Owendo. Dans la foulée, le Colonel Maurice Ntossui Allogo a saisi les services de la direction générale des contre-ingérences et de la sécurité militaire (DGCISM). 

Alors que l’exploitation du kevazingo a été interdite depuis 2018 par les anciennes autorités à l’issue du « Kevazingogate », il semblerait que la gangrène persiste. Pour preuve, le ministre des Eaux et Forêts a été informé par la direction générale des Contre Ingérences et de la Sécurité Militaire.  récemment de la présence d’un bon nombre de conteurs de bois. 

Une enquête ouverte par les services du B2

En effet, le Colonel Maurice Ntossui Allogo s’est rendu à l’ancien site d’entreposage de la société Getman situé à Owendo pour s’enquérir de la situation. Durant la descente de terrain, le membre du gouvernement a saisi près de 10 conteneurs abandonnés chargés de kevazingo. « Un certain nombre de bois, a priori non déclarés, se retrouvent sur ce site. Nous pensons qu’il s’agit de bois abandonné » a-t-il déclaré. 

Certainement destinés à une vente illicite, cette cargaison abandonnée fera l’objet d’une enquête auprès des services de la direction générale des contre-ingérences et de la sécurité militaire. Afin de faire la lumière sur cette affaire. Car faut-il souligner que les bois abandonnés ou exploités sans autorisation sont la propriété de l’État. Et seul l’Etat peut légitimement procéder à leur valorisation.

 
Il est opportun de rappeler que ce bois précieux et valeureux a déjà fait couler beaucoup d’encre au Gabon. En 2019 par exemple, dans le cadre  de la disparition au port d’Owendo de 353 conteneurs de kevazingo révélée lors d’un point de presse par le procureur de la République près le tribunal de Libreville, le gouvernement avait pris une série de sanctions à l’encontre des présumés responsables. Dont la suspension de 12 hauts fonctionnaires. Nous y reviendrons.

Esther Kengue

Diplômée en Communication des organisations, l'écriture est une vocation que je mets au quotidien au profit de la rédaction de Gabon Media Time pour servir mon pays.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page