A La UneDerniers articlesPOLITIQUE

Gabon : duel de chiffonnier entre Camélia Ntoutoume et Hervé Ndoume, Oligui Nguema tape du poing sur la table

Ecouter l'article

On en sait un peu plus sur les raisons du coup de gueule poussé par le président de la Transition, le Général Brice Oligui Nguema lors du Conseil des ministres du 20 juin dernier. Selon l’hebdomadaire La Loupe de ce lundi 24 juin 2024 dans sa parution n°580 cette sortie du Général-président trouverait son origine dans les relations conflictuelles qu’entretiendraient certains membres du gouvernement entre eux à l’exemple du ministre de l’Enseignement supérieur Hervé Ndoume Essingone et celui de l’Éducation nationale Camelia Ntoutoume Leclercq avec en toile de fond des chevauchements de compétence. 

Si lors de son intervention en Conseil des ministres, le chef de l’État a particulièrement insisté sur le principe de solidarité gouvernementale qui doit guider son action, il n’a pas manqué de relever la nécessité pour chaque ministre de respecter les « compétences des autres membres du gouvernement ». Un rappel à l’ordre qui laisserait entrevoir un véritable malaise au sein de l’équipe de Raymond Ndong Sima avec pour corollaire de saborder quelque peu son action. 

Guerre larvée entre Ndoume Essingone et  Ntoutoume Leclercq

Ainsi, ce climat délétère serait, selon nos confrères, perceptible entre les ministres de l’Enseignement supérieur et de l’Éducation nationale. Raison de cette montée de tension entre Hervé Ndoume Essingone et Camelia Ntoutoume Leclercq, le premier cité « outrepasserait ses prérogatives et empiéterait sur celles du ministre de l’Éducation nationale ». 

Dernier fait en date, le ministre de l’Enseignement supérieur aurait organisé les 10 et 11 mai 2024 les Assises de l’École normale supérieure (ENS) sans la présence du ministre de l’Éducation nationale alors que cette dernière est présidente du Conseil d’administration de ladite école qui est sous la double tutelle du ministère de l’Education nationale et et celui de l’Enseignement supérieur. D’ailleurs, il se susure que le directeur général de l’ENS Pr. Ruffin Didzambou et certains enseignants travaillent semble-t-il sous la coupole du ministre de l’Enseignement supérieur, à sortir l’ENS de l’Éducation nationale.

Des agissements intolérables qui auraient donc contraint le président de la Transition, le Général Brice Oligui Nguema à rappeler les uns et les autres au respect strict du principe de solidarité gouvernemental, mais plus encore de la hiérarchie en ce qui concerne les fonctionnaires.   

Morel Mondjo Mouega

Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lancement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Rédacteur en chef

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page