A La UneDerniers articlesJUSTICE

Criminalité faunique: une centaine de perroquets gris saisis au Sénégal et en Côte d’Ivoire

Hautement protégés, les perroquets gris communément appelés « jaco » demeurent objets de commerce illégal partout dans le monde. Selon leral.net, un trafic de cette espèce du Gabon aurait été démantelé, le 12 avril 2023, par Interpol et le Projet Eagle à Dakar puis Abidjan. 112 animaux auraient été saisis et devraient logiquement revenir à Libreville.

L’intervention aurait eu lieu le 12 avril dernier, à Dakar au Sénégal. Ce jour-là, informés par les antennes du Projet Eagle dudit pays, les éléments d’Interpol seraient parvenus à se déployer stratégiquement afin de mettre la main sur les présumés trafiquants. Ils parviennent à interpeller 2 des suspects au bout de quelques heures de repérage. Parmi eux, un multirécidiviste de nationalité sénégalaise.

C’est ce dernier qui servira d’appât aux enquêteurs désireux de démanteler tout le réseau ouest-africain en plein essor. Des documents d’importation et d’exportation de perroquets auraient été saisis. Les agents découvrent sur place que ce trafic vieux de plus de 20 ans est censé aboutir sur une grosse vente vers l’Europe. En l’occurrence celle de 112 perroquets gris du Gabon disséminés à Dakar et Abidjan.


Il n’en a pas fallu longtemps pour qu’ils soient déférés devant le parquet où le juge d’instruction les aurait inculpés pour association de malfaiteurs et trafic d’oiseaux sauvages dans le cadre d’un crime organisé transnational. Doit-on rappeler que les « Jaco » sont protégés par l’annexe A, du règlement (CE) n° 338/97, de la Convention internationale sur le commerce d’espèces sauvages menacées d’extinction (CITES).

Lyonnel Mbeng Essone

Rédacteur en chef adjoint, je suis diplômé en droit privé. J'ai longtemps fourbi mes armes dans les cabinets juridiques avant de me lancer dans le web journalisme. Bien que polyvalent, je me suis spécialisé sur les questions sociétés, justice, faits-divers et bien sûr actualités sportives.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page