A La UneDerniers articlesSOCIETE

Naufrage de l’Esther Miracle : les rescapés en appellent à l’arbitrage d’Ali Bongo

Ecouter cet article

Plus de cinq mois après le naufrage de l’Esther Miracle qui a ému la communauté nationale tout entière, les victimes et familles de victimes, réunies au sein du Collectif des survivants du 9 mars 2023, sont sorties de leur silence ce vendredi 18 août 2023. Occasion pour ces dernières de dénoncer le silence observé par la compagnie Royal Cost, propriétaire du navire naufragé et d’en appeler à l’arbitrage du chef de l’État Ali Bongo Ondimba.

Les naufragés de l’Esther Miracle attendent toujours que justice leur soit rendue. Ils ont tenu à le faire savoir ce 18 août 2023, à la faveur d’un communiqué lu au bord de mer de Libreville. Face aux souffrances des survivants et au mutisme de l’armateur Royal Cost Marine, ces derniers sollicitent l’intervention du président de la République Ali Bongo Ondimba.

Silence assourdissant de l’armateur Royal depuis la tragédie 

Alors que la communauté nationale s’était mobilisée comme un seul homme devant le drame survenu au large des côtes librevilloises le 9 mars 2023, les victimes et leurs familles ont le sentiment d’avoir été oubliées par la compagnie Royal cost Marine. En effet, cette dernière s’est muée dans un silence assourdissant depuis le drame. Une situation qui plonge les familles dans le désarroi.

« Cinq mois plus tard, force est de constater que l’armateur Royal cost, brille par l’indifférence et le mépris vis-à-vis des survivants et des familles des personnes décédées au cours de cette catastrophe qui a plongé la nation entière dans l’effroi », s’est exclamé le collectif qui n’a pas manqué de dresser un parallèle à la hauteur de sa détresse «  Comme cette tragique nuit où l’équipage de l’Esther miracle nous a abandonnés à notre propre sort, Royal Cost nous a délaissés depuis que nous sommes à terre ». 

Les victimes en appellent au chef de l’État pour une indemnisation rapide 

Face aux nombreuses interrogations qui demeurent sans réponses, les membres du Collectif des survivants du 9 mars se tournent à présent vers le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba. Un arbitrage de ce dernier permettrait d’après eux, de remettre sur la table la question des indemnisations, sans lesquelles leurs souffrances demeurent entières.

« Nous sollicitons de la part du chef de l’Etat, un arbitrage qui permette aux familles, tant des orphelins à la suite du naufrage, de même que celle des survivants, une action visant à percevoir une visibilité positive en rapport avec les indemnisations consécutives au sinistre déploré par toute la communauté nationale », a martelé le collectif ce 18 août.Pour rappel, le naufrage du Esther Miracle survenu le 9 mars 2023 au large de l’océan Atlantique a fait une trentaine de morts et une centaine de victimes. L’enquête diligentée par les autorités semble à ce jour restée lettre morte.

PUB-GLOBAL MEDIA TIME Middle bannière

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page