A La UneDerniers articlesSOCIETE

Naufrage de l’Esther Miracle: un deuil national sera-t-il décrété ?

Ecouter l'article

C’est l’une des questions qui est sur toutes les lèvres  depuis le naufrage survenu dans la nuit du 8 au 9 mars dernier et qui selon le bilan provisoire a fait 3 morts et une trentaine de disparus. En effet, au regard de la gravité du drame, le commun des gabonais exigerait que les plus hautes autorités décrètent un deuil national pour les victimes dudit naufrage.

A plus de trois jours du naufrage du navire l’Esther Miracle les familles ne disposent toujours pas d’information fiable non seulement sur la situation réelle de leur proche mais surtout sur les causes de ce drame qui touche le territoire tout entier. Autant d’insuffisances qui plongent plusieurs familles dans l’expectative.

Dans l’opinion ce drame ne manque pas d’ailleurs de susciter une vague de sympathie perceptible par le nombre de personnes qui depuis la survenance de cette accident vont en masse au port-môle de Libreville pour rendre hommage aux disparus. D’ailleurs plusieurs compatriotes ne manquent pas de s’interroger sur la position du gouvernement qui semble très hésitant à décréter un deuil national. 

Si les réseaux sociaux et quelques anonymes, acteurs de la société civile et artistes se mobilisent à travers des publications compatissant au drame du jeudi 8 Mars dernier, il n’en demeure pas moins de la part des institutions de la République telles que le Sénat, l’Assemblée nationale où même la télévision nationale n’affiche aucun soutien au drame qui frappe la population.

Faut-il rappeler que lors des drames similaires dans certains pays à l’instar de la Grèce le gouvernement avait très rapidement axé son action non seulement en communiquant de manière transparente mais avait aussi décrété un deuil national pour rendre hommage aux victimes.

Casimir Mapiya

« Mieux vaut une vérité qui fait mal, qu'un mensonge qui réjouit. » Proverbes berbères

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page