Derniers articlesSOCIETE

Makouké : un éléphant sème la terreur dans la ville pendant plus de 5 heures

Le mardi 28 novembre 2023, le district de Makouké dans la province du Moyen-Ogooué a été le théâtre de l’irruption brusque d’un pachyderme, causant ainsi la panique auprès des habitants. Une situation qui démontre que le conflit Homme-faune est une préoccupation qui est loin de trouver son épilogue dans notre pays. 

Le conflit Homme-faune a atteint son paroxysme. Pour preuve, la petite localité de Makouké s’est vu imposer la présence d’un éléphant pendant plus de 5 heures de temps.  Brusquement sorti de la forêt et en furie, le pachyderme a pris ses quartiers dans la ville troublant la quiétude des habitants qui ont eu le malheur de tomber nez à nez avec la bête.

A quand la fin du conflit Homme-faune ? 

Selon les témoins présents sur les lieux, l’animal aurait fait intrusion avec ardeur impétueuse, figeant ainsi les résidents du centre de Makouké. « Cet éléphant est brusquement sorti de la forêt pour la ville, nous étions tous tétanisés à la vue de la masse corporelle de la bête qui était en furie. Il a fallu attendre que l’animal décide de se retirer de son propre chef afin de se mouvoir sans inquiétude». Un état de fait qui démontre que la présence des éléphants dans cette partie du Gabon devient de plus en plus inquiétante. 

Bien qu’il y ait eu plus de peur que de mal, les habitants ne se sentent plus en sécurité. En effet, cet incident n’est pas le premier du genre dans cette localité de la province du Moyen-Ogooué. « Plus un seul jour ne passe sans que l’on n’enregistre la rencontre entre humains et éléphants. Nous sommes menacés tous les jours que Dieu fait », a déclaré une source  visiblement excédée par ce calvaire.

 
Pour rappel , en octobre dernier un sexagénaire avait été éventré par un éléphant. Ou encore le chef du village de Dibosta dans le département de la Mougalaba qui avait trouvé la mort après une attaque d’éléphant. Les exemples sont légion. Face à ce conflit persistant, le gouvernement gagnerait à prendre des mesures radicales et efficaces afin d’assurer la sécurité des communautés locales.

Esther Kengue

Diplômée en Communication des organisations, l'écriture est une vocation que je mets au quotidien au profit de la rédaction de Gabon Media Time pour servir mon pays.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page