A La UneDerniers articlesPOLITIQUE

CIAR : le Gén. Oligui Nguema pour le respect des engagements des États pollueurs

Ecouter l'article

Le président de la Transition, le général Brice Clotaire Oligui Nguema a pris part ce 5 juillet 2024 au dernier jour de la première Conférence sur l’afforestation et le reboisement (CIAR) qui s’est tenue 4 jours durant en République du Congo. Devant de nombreux chefs d’Etat et de gouvernement, le numéro 1 Gabonais a réaffirmé les engagements de son pays en matière de séquestration de carbone, mais a tout aussi exhorté les pays pollueurs à pleinement prendre leur part dans cette lutte pour la survie collective. 

« Si seul on peut aller plus vite, c’est ensemble que nous pouvons assurément aller plus loin. Le choix est simple, soit nous survivons ensemble, soit nous périrons tous », ces propos du Brice Clotaire Oligui Nguema à Brazzaville en octobre 2023 lors du Sommet des trois bassins ont une nouvelle fois fait écho ce 5 juillet 2024 lors de la Conférence internationale sur l’afforestation et le reboisement. En effet, le chef de la transition Gabonaise est revenu sur les efforts consentis par son pays, tout en invitant les puissances polluantes à des compensations financières. 

16 000 ha de forêt à reboiser et 168 000 à restaurer par le  Gabon

Si à l’occasion de son discours tenu ce 05 juillet à Brazzaville, le président de la Transition, le général Brice Clotaire Oligui Nguema a rappelé les récents rendez-vous climatiques qui ont vu son pays porter haut ces enjeux cruciaux pour l’humanité, la première Conférence sur l’afforestation et le reboisement s’inscrit dans cette continuité. C’est pourquoi, le numéro 1 Gabonais a invité tous les pays du monde à une prise de conscience. « Au regard des menaces climatiques qui pèsent sur notre ère, l’afforestation et le reboisement apparaissent comme une des questions indispensables à la riposte que les Etats doivent apporter face aux changements climatiques », a-t-il rappelé.

Un constat qui nécessite une responsabilité, doublée d’une reconnaissance des efforts de certains face au péril encouru par tous « Les comportements de prédateurs égoïstes que nous avons adoptés depuis la Révolution industrielle, nous contraignent aujourd’hui à une véritable révolution verte », a poursuivi le général Brice Clotaire Oligui Nguema, non sans prendre toute sa part dans ce combat « A ce jour, le Gabon assume et continuera d’assumer ses engagements envers la planète. Nous avons 16 000 hectares de forêt à reboiser et 168 000 hectares à restaurer ». Dans un désir de reconnaissance internationale des sacrifices du Gabon, le chef de l’Etat s’est voulu clair vis-à-vis de la communauté internationale « J’invite de ce fait chaque Etat au respect de ses obligations envers ceux dont les efforts en matière de préservation de nos forêts sont perceptibles, car le temps est venu pour le partage des efforts et la récompense des vertus »

Rappelons que la première Conférence sur l’afforestation et le reboisement portée par le président congolais Denis Sassou Nguesso a permis aux participants de mettre en place une stratégie mondiale afin de lutter efficacement contre la déforestation.   

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page