Derniers articlesInternational

Ouganda : plaidoyer de Zita Oligui Nguema en faveur d’une santé optimale des femmes

Assurer aux femmes gabonaises des lendemains meilleurs au plan sanitaire. C’est l’engagement pris le 09 février 2024 à Kampala en Ouganda par la Première dame du Gabon, qui participait à la cérémonie de lancement officiel du Cadre de santé optimale des femmes. Invitée par la Première dame d’Ouganda, Janet Museveni qui porte cette initiative, Zita Oligui Nguema s’est dite ouverte au partage d’expérience sur la question de la santé des femmes.

La santé des femmes est une problématique d’intérêt mondial. Si au plan national Zita Oligui Nguema a déjà démontré son attachement aux questions des femmes, notamment en lien avec leur autonomisation financière, ces défis ne peuvent être relevés que grâce à une santé optimale de ces dernières. D’où sa volonté d’œuvrer aux côtés de ses consoeurs, à une meilleure prise en compte de cette problématique.     

La mauvaise santé des femmes, un frein au développement de leurs performances 

La rencontre organisée par la Première dame ougandaise, Janet Museveni a été un cadre idéal de partage d’expérience sur des problématiques liées à la prise en charge des besoins de santé des femmes. C’est dans cette optique que dans son discours de circonstance, Zita Oligui Nguema a pointé les défis qui se posent au continent africain. En effet, reconnaissant le potentiel des femmes dans le développement économique d’un pays, elle a regretté que celui-ci soit parfois affecté par des obstacles majeurs, notamment au plan de leur santé.

« L’amélioration de l’accès à des services de santé de qualité, aux droits en matière de procréation et aux soins de santé maternelle est essentielle pour le bien-être des femmes et partant le progrès de nos sociétés. », a-t-elle plaidé. Revenant sur le combat qu’elle porte en matière d’autonomisation des femmes, Zita Oligui Nguema a indiqué que « la mise en place de systèmes de soins de santé tenant compte de la spécificité de la femme mais aussi de la lutte contre les violences sexistes dont certaines sont souvent victimes, est une des étapes nécessaires vers l’autonomisation des femmes ». 

Le Gabon engagé dans la marche vers une meilleure prise en compte de la santé des femmes

Tout en saluant l’initiative portée par Janet Museveni en lien avec l’Institut pour la santé des femmes, dont la mission vise à « défendre la santé optimale et l’épanouissement des femmes à chaque étape de la vie », Zita Oligui Nguema a présenté à son auditoire les efforts déjà consentis par le Gabon, notamment au plan infrastructurel avec le Centre Hospitalier Universitaire Mère-Enfant, structure dédiée à la maternité, et qui regroupe les spécialités telles que la gynécologie obstétrique, la pédiatrie, la radiologie et la chirurgie. 

Par ailleurs, Zita Oligui Nguema n’a pas manqué de mettre en avant le leadership du Gabon au plan international, pour avoir notamment porté au sein du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies la résolution intitulée « La Gestion de l’hygiène menstruelle, droits humains et égalité des sexes ». Laquelle appelle les gouvernements à respecter leurs obligations, pour un exercice optimal par les femmes et jeunes filles, de leur « droit à la santé, à l’éducation, au travail et à l’autonomie corporelle ».

Si ces actions sont à saluer, Zita Oligui Nguema n’entend pas pour autant s’en contenter. C’est pourquoi, elle entend pleinement s’impliquer au plan national, dans le suivi de l’initiative PROTEGO. « En ma qualité de Première Dame du Gabon, aux côtés de mes consœurs ici présentes, je prends l’engagement de suivre de près la mise en œuvre de l’initiative PROTEGO pour assurer aux femmes gabonaises des lendemains meilleurs en matière de santé », a conclu l’épouse du chef de l’Etat. 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page