Derniers articlesInternational

Suisse : le Gabon à nouveau membre de l’Association internationale des maires francophones

Ecouter l'article

À la suite du coup d’État perpétré le 30 août dernier, la ville de Libreville a été exclue de l’Association internationale des maires francophones (AIMF). C’est donc lors du 44ème congrès de l’AIMF qui s’est tenu du 22 au 24 mai dernier à Lausanne en Suisse, que le Gabon a réintégré le bureau indique le quotidien l’Union. Toute chose qui démontre que les efforts fournis par les plus hautes autorités de la transition pour rétablir des liens durables avec l’international portent leurs fruits

Après la pluie vient le beau temps, dit-on. En effet, c’est en vue de restaurer la confiance et des relations bilatérales entre le Gabon et la France que s’est effectué à Lausanne lors des 44ème assises de l’Association internationale des maires francophones ( AIMF) la réintégration de Libreville au sein de cette fédération. Un retour qui démontre que les relations entre les deux nations sont au beau fixe et témoigne de la confiance renouvelée des membres de ladite association à l’endroit du Gabon. 

Le Gabon de retour au sein de l’AIMF

C’est donc 3 jours durant que la délégation gabonaise composée du délégué spécial de Libreville le Général Judes Ibrahim Rapontchombo, de Port-gentil le Général Pierre Rizogo Rousselot et le maire de la ville d’Oyem Jean-Christophe Owono Nguema a pris part à cette rencontre importante. Ainsi les différents délégués spéciaux ont participé à plusieurs ateliers et discussions mais aussi ont eu l’opportunité d’être édifiés sur de nouvelles pratiques mises en œuvre par les membres de l’Association internationale des maires francophones ( AIMF) dans leurs municipalités respectives.

 
Au terme de ces travaux, le Général Judes Ibrahim Rapontchombo par ailleurs délégué spécial de la commune de Libreville et le maire de Paris aussi Présidente de l’AIMF, Anne Hidalgo ont exprimé leur souhait commun de faire une croix sur le passé et de travailler ensemble. Ainsi cette nouvelle collaboration entre Libreville et Paris ouvre assurément la voie à de nouvelles opportunités de développement pour les municipalités gabonaises. Gageons que l’expertise dont ils bénéficieront permettra de résoudre le sempiternel problème d’insalubrité.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page