A La UneDerniers articlesSOCIETE

Gabon : les déflatés de la Poste exigent leur paiement avant le 31 juillet

Ecouter l'article

Las d’être tourné en bourrique depuis plus de 17 ans, le collectif des déflatés de Gabon poste a effectué un sit-in, ce lundi 24 juillet 2023, devant l’immeuble de la Direction générale du Trésor public et de la comptabilité publique. Relatant leurs difficultés, ces derniers ont exigé le paiement du plan social transactionnel au plus tard le 31 juillet 2023.

Alors que le gouvernement se dit soucieux du devenir des populations, les actes concrets sont rares. Conscient de cette dure réalité, le bureau du collectif des anciens agents de Gabon Poste est monté au créneau. Par la voix de Chérubin Bayonne, ils ont pointé du doigt la latence depuis la liquidation en 2006.

L’exécutif incapable d’éponger une dette de 15 milliards FCFA en 17 ans ?

C’est la question que s’est posée le représentant dudit collectif devant la presse locale. « Chaque année, le budget de l’État est de 3000 milliards en moyenne. En 17 ans, ce sont donc 51.000 milliards FCFA qui ont été budgétisés. Or notre dette n’est que de 15 milliards », a souligné Chérubin Bayonne.

Les déflatés de Gabon Poste lors de leur AG © GMT

Une situation qui ne serait pas sans conséquences pour les déflatés qui depuis 17 ans broient du noir. D’ailleurs, cette attente interminable s’est traduite par les décès de plus de 100 d’entre eux. «. Nous sommes à la croisée des chemins. C’est le moment de prouver que le Gabon est le pays de tout le monde », a-t-il indiqué.

Les déflatés fixent la deadline au Le 31 juillet !

Rappelant à l’exécutif que « l’on n’est pas président d’une famille mais d’un pays », ces déflatés ont unanimement exigé la régularisation de leurs situations financières. « On doit être payés au plus tard le 31 juillet 2023 […] C’est le moment pour le Chef de l’État de montrer son attachement à son peuple dont nous faisons partie », a-t-il conclu.

Une assemblée générale qui intervient pour rappeler au gouvernement la nécessité de mettre en musique son engagement pris lors du conseil des ministres tenu le 22 décembre 2005. Lequel a acté la liquidation de Gabon Poste. Ce plan social emportait d’emblée le paiement des droits légaux et la transactionnelle. À ce jour, seuls les premiers ont été soldés « tant bien que mal ».

Lyonnel Mbeng Essone

Rédacteur en chef adjoint, je suis diplômé en droit privé. J'ai longtemps fourbi mes armes dans les cabinets juridiques avant de me lancer dans le web journalisme.Bien que polyvalent, je me suis spécialisé sur les questions sociétés, justice, faits-divers et bien sûr actualités sportives.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page