A La UneDerniers articlesSOCIETE

Transport maritime : le gouvernement insensible au calvaire des populations après la hausse du prix du billet

Ecouter l'article

La lutte contre la vie chère serait-elle essentiellement tournée vers les produits alimentaires et matériaux de construction au détriment du déplacement des populations très souvent onéreux ? C’est du moins le sentiment qui se dégage au vu du pourrissement désormais entretenu par le gouvernement qui faisant fie des attentes des Gabonais notamment en matière de transport maritime refuse l’application de l’article 4 de l’arrêté n°001274/MEEDD/MBCPFP/MPERH du 07 aout 2013  instituant un gasoil industriel. Une disposition légale qui pourrait avoir pourtant une incidence indéniable sur la réduction du prix du billet. 

Si dans notre article intitulé Transport maritime : le gouvernement et les marketeurs à l’origine de l’augmentation du prix des billets ? nous levions déjà le voile sur la non-application par les marketeurs de l’arrêté n°001274/MEEDD/MBCPFP/MPERH du 07 août 2013  instituant un gasoil industriel et plus spécifiquement l’article 4 qui exclut les sociétés exerçant dans le secteur « fluvial et maritime intérieur » et qui à terme devrait favoriser une revue à la baisse du prix des billets, la situation semble n’avoir pas bougé des iotas. Malgré de multiples interpellations sur ce sujet, le ministère des Transports et celui du Pétrole semble avoir décidé de se terrer dans un silence assourdissant, donnant l’impression d’une sorte d’omerta sur ce dossier. 

En effet, soucieux de confronter les informations en notre possession faisant état de concussion entre l’administration des hydrocarbures et les marketeurs, nous avons adressé deux correspondances, l’une au ministère des Transports dirigé par le capitaine de Vaisseau Dieudonné Loïc Ndinga Moudouma et l’autre à la Direction générale des hydrocarbures dont le patron est Ernest Ndong Nguema. Sauf que deux semaines plus tard, aucune de ces deux administrations n’a daigné répondre à nos sollicitations, confortant bel et bien l’idée d’une volonté de maintenir le statu quo dans ce dossier et accabler les populations qui sont désormais asphyxiées par le prix des billets.

Les marketeurs à la manœuvre pour maintenir leur profit ? 

Il faut dire que le refus de l’application de l’arrêté n°001274/MEEDD/MBCPFP/MPERH du 07 août 2013  instituant un gasoil industriel serait motivé, selon plusieurs sources, par la volonté des marketeurs de maintenir leur marge de profit après avoir consenti à faire appliquer la décision prise par le Comité pour la transition et la restauration des institutions (CTRI) d’appliquer  « au bénéfice de la SEEG, des dispositions de l’article 4 de l’arrêté numéro 001274/MEEDD/MBCPFP/MPERH du 08 août 2013 instituant un gasoil industriel en République gabonaise et les exonérations subséquentes ».

Notons qu’en vertu de ladite mesure, le coût du gasoil pour la Société d’énergie et d’eau du Gabon passera de 1010 FCFA le litre à 575 FCFA, soit au prix appliqué aux ménages. Preuve du deux poids deux mesures, ce sont les mêmes dispositions qui devaient pourtant profiter aux opérateurs assurant le transport des passagers sur la ligne Libreville-Port-Gentil qui, il faut le rappeler, déboursent 1 145 FCFA le litre avec pour incidence d’augmenter leurs charges. L’effet papillon aura donc été la hausse des prix des billets passant de 35 000 FCFA à 42 000 FCFA le 15 avril dernier. 

Morel Mondjo Mouega

Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lancement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Rédacteur en chef

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page