Derniers articlesSOCIETE

Tchibanga: une octogénaire portée disparue depuis plus de 2 semaines

Marie Maganga, une compatriote âgée de 87 ans est portée disparue depuis le vendredi 12 août dernier à Makabana, un village situé à une quinzaine de kilomètres de Tchibanga dans la province de la Nyanga, rapporte le site Info241. L’octogénaire qui se serait rendue à la pêche n’a plus donné signe de vie. Alertées, les autorités judiciaires locales ont procédé à l’ouverture d’une enquête et auraient même eu recours à un « nganga » afin d’avancer dans leurs recherches qui jusque-là sont infructueuses.

Les faits se seraient déroulés le vendredi 12 août dernier à Makabana, un village situé à une quinzaine de kilomètres de Tchibanga. Ce jour-là, Marie Maganga aurait indiqué à ses proches qu’elle se rendait à une rivière située à 4 km du village pour une partie de pêche à la nasse. Une activité très prisée par les villageois afin de se nourrir. 

Malheureusement, Marie Maganga ne serait jamais revenue de la rivière. Une situation qui aurait inquiété ses proches, lesquels auraient informé les autorités judiciaires de la ville de Tchibanga. Les gendarmes ont par la suite procédé à l’ouverture d’une enquête afin de retrouver l’octogénaire. Mais voyant que les recherches n’avançaient pas, ils auraient eu recours à un « nganga ».

Le « nganga » aurait désigné un infirmier d’Etat à la retraite comme étant à l’origine de la disparition. Non sans indiquer que Marie Maganga était bien vivante et qu’elle regagnerait sous deux jours le village. Une prédiction qui se serait avérée fausse, vu que l’octogénaire serait toujours porté disparue. Le suspect serait quant à lui gardé à vue par les gendarmes pour nécessité d’enquête. Nous y reviendrons !!!

Andy Marvine Nze

Fils de Lambaréné, passionné d'écriture et féru des réseaux sociaux, qui a à cœur d'informer sur l'actualité gabonaise et internationale. Avant j'étais chef de classe, maintenant je suis titulaire d'un Master en Sciences Politiques et relations internationales

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page