A La UneDerniers articlesECONOMIE

Gabon : bientôt un nouvel eurobond de 469,8 milliards de FCFA

1180,5 milliards de FCFA. C’est le niveau global des tirages des nouvelles et anciennes conventions arrêté dans le projet de loi de finances pour l’année 2024. Au titre des nouveaux tirages, l’exécutif prévoit notamment près de 579 milliards de FCFA sur le marché financier régional et surtout un nouvel eurobond dont le montant devrait se chiffrer à 468,5 milliards de FCFA, remboursables sur 30 ans. Des montants censés permettre la construction d’infrastructures et la modernisation de l’existant.

Projets routiers d’envergure à l’image du pont d’Ebel-Abanga, qui devrait bénéficier dès cette année d’une cure de jouvence avec la réalisation de deux fly-overs, quatre passerelles piétonnes et un pont métallique, ou encore de la construction de l’axe Oyem-Medzeng, deux projets dont le montant cumulé se chiffre à près de 55 milliards de FCFA. Projets structurants en matière d’enseignement supérieur et de santé. Les autorités de la transition ne comptent pas lésiner sur les moyens. 

Seulement voilà, malgré le budget de 4162 milliards de FCFA prévu dans le projet de loi de finance 2024, ces fonds il va falloir aller les dénicher. Ce que compte faire le ministère de l’Economie qui entend lever au cours de cette année, pas moins de 469,8 milliards de FCFA sur le marché financier international à travers un eurobond sur 30 ans. Le deuxième en moins de 3 ans, après celui souscrit par le gouvernement déchu en novembre 2021, d’un montant de 458 milliards de FCFA. 

579 milliards de FCFA sur le marché financier régional et un eurobond de 468,5 milliards

Révélateur des difficultés de trésorerie d’un Etat endetté à hauteur de plus de 7500 milliards de FCFA à l’arrivée du Comité pour la transition et la restauration des institutions (CTRI), cet eurobond devrait permettre d’offrir plus de flexibilité et de marge de manoeuvre dans l’exécution des budgets. Toute chose qui devrait permettre de couvrir « de manière anticipée, plus de 90% de l’encours résiduel de l’émission arrivant à échéance en 2024 d’un montant de 736 millions de dollars US ou 420 milliards de FCFA ».

En dépit d’un contexte tendu marqué par la rareté des financements, des perspectives régionales peu reluisantes et des sanctions qui continuent de laisser planer le spectre d’un non-retour à la croissance, les autorités gabonaises qui ont renoué le contact avec la BAD et la Banque Mondiale, entendent donc renouer avec le marché financier international et régional. Toute chose qui souligne le crédit accordé à la signature du Gabon.

Casimir Mapiya

« Mieux vaut une vérité qui fait mal, qu'un mensonge qui réjouit. » Proverbes berbères

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page