Derniers articlesSOCIETE

Fougamou : les quartiers Ngouassa et Bongaville, sans auxiliaires de commandement depuis près d’un an

Ecouter l'article

C’est le fait relevé par le quotidien l’Union dans sa parution du jeudi 27 juin 2024. En effet, depuis l’an dernier, les quartiers Ngouassa et Bongaville dans la province de la Ngounié précisément à Fougamou, sont dépourvus d’auxiliaires de commandement au grand dam des populations, qui agissent désormais de leur propre initiative. Une situation qui laisse libre court à toutes sortes de dérives.

Un auxiliaire de commandement est une personne qui assiste les commandants ou les chefs dans l’exercice de leurs fonctions. Ces derniers jouent des rôles de soutien et gèrent les aspects administratifs et logistiques du commandement. Des postes vacants depuis les décès des chefs de quartiers de Ngouassa et Bongaville, Dominique Mandi et Paul Koumba. Depuis près d’un an donc, les populations de ces différentes parties du pays, sont livrées à elles-mêmes.

Les autorités inviter à agir 

Plus de 10 mois après, le vide n’est toujours pas comblé. Une situation que compte résoudre le délégué spécial de la commune de Fougamou, Joseph Moutandou Mboumba. En effet, ce dernier a révélé être déjà en train de travailler dans l’intention de fermer ces vides. Il faut dire qu’un chef de quartier participe à la gestion des communications, la planification des réunions, la préparation de documents officiels, et la tenue à jour des dossiers et des rapports.

Le chef de quartier est responsable de la gestion quotidienne des affaires au sein de son quartier. Cela inclut souvent la coordination des services publics tels que la collecte des déchets, l’entretien des espaces publics, et la gestion des infrastructures locales. Il est la figure centrale de la communauté, le chef de quartier joue souvent un rôle de médiateur lorsqu’il y a des conflits entre résidents ou des problèmes communautaires à résoudre. Il travaille pour maintenir la paix et l’harmonie dans le quartier.

Il est également le lien entre les résidents et les autorités locales telles que la municipalité, la police, les services d’urgence et autres. Il est souvent consulté pour transmettre les préoccupations de la communauté et pour aider à coordonner les réponses aux problèmes locaux. C’est donc d’un élément important pour la cohésion sociale et le bien être que manque les quartiers Ngouassa et Bongaville.

Esther Kengue

Diplômée en Communication des organisations, l'écriture est une vocation que je mets au quotidien au profit de la rédaction de Gabon Media Time pour servir mon pays.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page