A La UneDerniers articlesSantéSOCIETE

Dermatologie : bientôt une crème pour soigner le vitiligo

Ecouter cet article

Longtemps considérée comme une pathologie cutanée incurable, le vitiligo pourrait désormais trouver une solution. Selon le site web français 20 Minutes, une crème dénommée Opzelura, développée par le laboratoire américain Incyte, devrait être bientôt commercialisée.

Maladie auto-immune qui se caractérise par une dépigmentation progressive de la peau, le vitiligo touche plusieurs personnes dans le monde. Des taches blanches ou roses pâles qui s’expliquent par la perte des mélanocytes. D’ailleurs, l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) indique que ce sont des cellules qui synthétisent la mélanine. Au terme de longues recherches, une solution dite miracle semble avoir été trouvée. Il s’agit d’une crème appelée opzelura. 

Selon les chercheurs dermatologues, elle permettra de repigmenter la peau. Et ce, en l’utilisant quotidiennement. L’objectif est que la peau du patient recouvre sa texture progressivement. Déjà autorisée aux États-Unis depuis 2022 , cette crème ferait des merveilles sur la peau des personnes qui en sont atteintes. 

Comment utiliser opzelura ?

La durée de ce traitement cutané peut s’étendre jusqu’à 6 mois. L’efficacité de l’Opzelura serait notable au niveau du visage. Cette solution pourrait changer la vie des personnes dans notre pays. Il est conseillé aux adultes et aux adolescents à partir de 12 ans. 

Pour l’heure, les femmes enceintes ou allaitantes en sont privées. Notons que « le traitement doit être instauré et surveillé par un médecin expérimenté ». La crème est applicable sur la peau dépigmentée deux fois par jour. « Opzelura ne doit pas être appliqué sur plus de 10 % du corps à la fois ». Soit 10 fois la paume de la main. 

Effets indésirables 

Précision que la crème contient une substance active. Il s’agit du ruxolitinib qui réduit la capacité du système immunitaire à détruire les mélanocytes. Il permet à ces derniers de produire des pigments. Pris par voie orale, ce principe actif peut entraîner des effets indésirables, comme des risques cardio-vasculaires ou de cancers.


Ces effets indésirables ne devraient pas se produire du moment où le ruxolitinib est appliqué par voie cutanée, et non orale. « A condition qu’Opzelura ne soit pas utilisé sur plus de 10 % du corps lors d’une même application », précise l’Agence européenne du médicament. Si la limite des 10 % est imposée, c’est une « prévention » des agences de sécurité, ajoute le dermatologue.

Afficher plus

Esther Kengue

Diplômée en Communication des organisations, l'écriture est une vocation que je mets au quotidien au profit de la rédaction de Gabon Media Time pour servir mon pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page