Derniers articlesJUSTICE

Port-Gentil : le voleur stimulé par l’odeur de l’essence aux arrêts

Ecouter l'article

Possession ou manipulation ? C’est la question qu’on pourrait se poser à la suite de l’interpellation du dénommé Augustin Boussougou vivant à Bissouma dans le département de Bendje dans la province de l’Ogooué-maritime pour des faits de cambriolage dans le bar appartenant à sa voisine. Le plus surprenant, c’est que ce dernier aurait agi après avoir aspiré de l’essence, explique-t-il dans un reportage publié mardi 28 mai sur la page Facebook d’Ogooué Maritime Infos (OMI). 

Le récit est tout de même surprenant. Habituellement, on a affaire à des malfaiteurs qui agissent soit sous l’effet des drogues ou de manière lucide mais pour le cas du présumé voleur Augustin Boussougou son mode d’opération sort complètement de l’ordinaire. Et pour cause, ce compatriote âgé de 49 ans vivant dans le département de Bendjé après avoir inhalé une assez grande quantité d’essence, serait rentré par effraction dans la boutique de sa compatriote. Des faits que ce dernier tenterait de justifier. 

Vol sous l’effet de l’essence

« Je suis ici pour vol, soi-disant que j’aurai cassé la boutique d’une dame. Je ne sais pas ce qui me pousse à marcher dans la nuit quand j’aspire l’essence. Je peux respirer 3 à 4 litres dans la nuit. Je ne sais pas c’est le diable qui est sur moi, je ne sais pas, ce qui me pousse à toucher les affaires des autres je ne sais pas. Et pour la boutique, ce sont les gens qui l’ont appelé » a déclaré le présumé coupable. Des propos incompréhensibles qui interrogent tout de même sur l’état de santé mentale de ce dernier. L’essence est un carburant d’origine fossile issu de la distillation du pétrole, un produit chimique très dangereux pour la santé. 


Si Augustin Boussougou affirme regretter son acte, il est important de préciser que ce dernier serait réputé pour les faits de vols. C’est donc pour vol aggravé que ce compatriote devra répondre devant la loi. Selon 463 du code pénal gabonais « Constitue un vol aggravé, le vol commis avec l’une des circonstances suivantes : – lorsqu’il est commis dans un local d’habitation ou dans un lieu utilisé ou destiné à l’entrepôt de fonds, valeurs, marchandises ou matériels. Tout auteur d’un vol commis avec l’une des circonstances aggravantes spécifiées ci-dessus est puni de 5 ans d’emprisonnement au plus et de 2.000.000 de francs d’amende au plus ».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page