A La UneDerniers articlesECONOMIE

Gabon : vers une reprise de la coopération avec le FMI

En mission d’évaluation dans le pays au cours des deux dernières semaines, la délégation du Fonds monétaire international (FMI) conduite par son administrateur, Facine Sylla, a clôturé son séjour ce mardi 6 février par des entretiens avec le premier ministre et le ministre de l’Economie et des Participations. Entre satisfécit par rapport aux réformes engagées et recommandations concernant l’amélioration de la gestion des finances publiques, les représentants de l’institution de Bretton Woods, ont entrouvert la possibilité d’une reprise de la coopération avec le Gabon. 

Débutée le 24 janvier dernier, la mission du Fonds Monétaire International (FMI) conduite par Facine Sylla, est arrivée à son terme ce mardi 6 février. Conformément aux statuts du FMI, la délégation a au cours des deux dernières semaines, rencontré différentes autorités parmi lesquelles les Présidents des deux chambres du Parlement, les membres du gouvernement, les responsables des banques, la Fédération des entreprises du Gabon (FEG) et le chef du gouvernement, Raymond Ndong Sima.

Évoquant avec ce dernier, la situation financière et économique du pays ante et post coup d’Etat du 30 août dernier, la mission du FMI en a profité pour lui remettre son rapport, indiquant au passage son satisfecit. Comme l’a lui-même souligné Facine Sylla, chef de la délégation, « les réformes faites depuis la mise en place du gouvernement de Transition sont immenses ». Réformes qui augurent d’un retour de la coopération avec l’institution de Bretton Woods, après la BAD et la Banque Mondiale.

Changer de paradigme par rapport au pouvoir déchu


Soulignant « les progrès du Gabon sur le compte unique du trésor, le traitement de l’accumulation des arriérés de paiement et la mobilisation des recettes », l’administrateur du FMI pour le Gabon en a profité pour « féliciter le premier ministre sur tout ce qui a été fait depuis 5 mois », avant d’ajouter qu’il fallait désormais « s’asseoir et renforcer ces résultats en faisant d’autres actions plus poussées ». Insistant sur le caractère « crédible » de l’interlocuteur Gabon, le représentant du Fonds, premier créancier du pays avec 10% de l’encours, a donc laissé transparaître, un retour imminent des décaissements en faveur du pays, engagé dans un plan triennal d’envergure.

Casimir Mapiya

« Mieux vaut une vérité qui fait mal, qu'un mensonge qui réjouit. » Proverbes berbères

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page