A La UneDerniers articlesPOLITIQUE

Gabon : Ondo Ossa et Maganga Moussavou rejettent en bloc les conclusions du Dialogue national

Ecouter l'article

Sa dernière prise de parole publique remonte au lendemain du coup d’Etat au micro de TV5 Monde, lorsqu’il dénonçait ce qu’il avait qualifié de « révolution de palais », parlant des événements qui venaient d’avoir lieu. C’est un Albert Ondo Ossa fidèle à son franc-parler qui s’est présenté ce 31 mai 2024 aux côtés de Pierre-Claver Maganga Moussavou. Les deux hommes politiques tenaient  à livrer leur lecture du déroulement de la Transition en cours et précisément  des conclusions du Dialogue national inclusif. 

Si d’aucuns pouvaient y voir une alliance politique entre le leader du Parti social démocrate (PSD) et l’ancien leader d’Alternance 2023 en vue des prochaines joutes électorales, il n’en est rien en réalité. La conférence de presse animée au siège du PSD visait pour Pierre-Claver Maganga Moussavou et Albert Ondo Ossa à manifester leur rejet des résolutions du Dialogue national inclusif qui, selon eux, sont de nature à imposer un diktat aux partis politiques.

Le Dialogue national inclusif transformé en monologue selon Maganga Moussavou 

Les critiques de la classe politique vis-à-vis des conclusions du Dialogue national inclusif ne cessent de se multiplier. Si Pierre-Claver Maganga Moussavou s’était déjà brièvement exprimé sur la question, il a eu l’occasion de donner des précisions sur son positionnement. « Le professeur Albert Ondo Ossa et moi-même rejetons avec force les conclusions d’un dialogue qui n’aura été en définitive que monologue, dont les conclusions concoctées par le CTRI ont imposé un prélat qui s’est révélé sans âme, sans mordant, sans discernement », a déclaré le chef de fil du PSD. 

Parlant principalement de ce qu’il considère comme une ostracisation des partis politiques, Pierre-Claver Maganga Moussavou suggère ce qui lui semblait être une solution de bon sens. « Si on avait l’intention de resserrer les partis politiques, il conviendrait que nous définissions ensemble les règles du jeu, qui seraient acceptées par tous et certains partis seraient amenés à disparaître s’ils n’atteignaient pas les objectifs que nous nous serions fixés. Les diktats nous n’en voulons plus », a-t-il poursuivi non sans reprocher aux évêques d’avoir « manqué l’occasion d’unir les Gabonais ».

 Non défiance et non allégeance, la posture assumée par Ondo Ossa 

Prenant la parole à son tour, l’ancien candidat à l’élection présidentielle de 2023, qui a assuré « n’avoir pas voulu délibérément engager un bras de fer avec le CTRI » afin de répondre aux volontés du moment formulées par le peuple gabonais, a tenu à sortir de son mutisme. « N’ayant pas une vision manichéenne, j’ai accordé le bénéfice du doute aux responsables du CTRI. C’est pourquoi je me suis terré et me suis mis dans une position claire et sans ambiguïté, celle de non défiance et de non allégeance », a indiqué le Professeur Albert Ondo Ossa. 

Abordant lui aussi la question du Dialogue national inclusif, l’ancien candidat consensuel s’est voulu clair « Aussi voudrais-je m’exprimer sur les conclusions supposées du dernier dialogue, à propos desquelles il est difficile de faire la part entre le faux et le vrai, entre ce qui est retenu et ce qui ne l’est pas. Devant une telle confusion, je préfère publiquement marquer ma désapprobation, afin de prévenir toute dérive autoritaire du CTRI, qui nous renverrait aux méthodes anciennes », a-t-il déclaré. Ainsi, après avoir analysé les conclusions des différents présidents de commissions, Albert Ondo Ossa dresse un bilan implacable « j’en suis malheureusement arrivé à la conclusion que rien n’a bougé, ni évolué dans le sens de l’intérêt du peuple ».


Notons que lors de son discours tenu à la faveur de la cérémonie de clôture du Forum économique Gabon – France qui s’est déroulée à Paris, le président de la Transition, le Général Brice Clotaire Oligui Nguema a indiqué que les conclusions du dialogue national ne sont qu’au stade de recommandations.  

Articles similaires

Un commentaire

  1. Chers Maganga Moussavou et Albert Ondo Ossa,

    Votre engagement pour le Gabon et sa démocratie est profondément respecté. Votre récente prise de position contre les résolutions du dialogue national souligne des préoccupations légitimes qui méritent une attention particulière. Toutefois, il est essentiel de reconnaître que le dialogue national est un processus collectif, cherchant à établir un consensus pour l’avenir du pays.

    Il est compréhensible que vous perceviez ces résolutions comme un diktat. Cependant, je vous invite à envisager que ces décisions résultent d’un effort commun pour répondre aux aspirations de tous les Gabonais, y compris ceux qui ont voté pour un changement de direction.

    Concernant les élections, la plateforme Alternance 2023 a indéniablement joué un rôle clé dans le récent paysage politique. Monsieur Ondo Ossa, bien que votre candidature ait reçu un soutien significatif, il est crucial de se souvenir que le vote reflétait également le désir de changement exprimé par la population. L’humilité et la réserve sont des qualités qui honorent tout dirigeant, en particulier lorsqu’il s’agit de reconnaître la volonté populaire.

    Je vous exhorte à emprunter la voie de la sagesse, en acceptant que le dialogue et la collaboration soient indispensables pour progresser. En mettant de côté nos différences et en œuvrant pour le bien commun, nous pouvons bâtir un Gabon plus fort et plus uni.

    Je vous invite à soutenir le CTRI dans ses efforts pour restaurer et renforcer les institutions du Gabon, en favorisant l’inclusion économique et sociale, et en travaillant ensemble pour le développement durable et la prospérité de notre pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page