A La UneDerniers articlesJUSTICE

Gabon : le Statut des magistrats adopté par les députés

Ecouter l'article

C’est à l’issue de la session plénière présidée par Faustin Boukoubi que les députés ont examiné et adopté, le jeudi 29 juin 2023, le projet de loi portant Statut des magistrats. Une première victoire pour les fonctionnaires de la justice qui espèrent que le processus ira à son terme.

Alors que la tension entre le gouvernement et les magistrats avait atteint un stade critique avec une grève générale lancée à l’appel de leur syndicat en décembre, l’accalmie paraît désormais revenue au sein du pouvoir judiciaire. Et pour cause, l’exécutif semble exprimer une réelle volonté de donner une suite favorable au cahier de charges de ceux qui donnent un sens à ce secteur clé de la vie de la nation.

L’Assemblée nationale « Ok » pour les magistrats

C’est à travers un vote à l’unanimité que les élus nationaux ont donné leur quitus au projet de loi portant Statut des magistrats. En effet, lors de la plénière tenue au Palais Léon Mba, en présence du Ministre de la Justice, les députés ont examiné ledit texte. D’ailleurs, le rapporteur de séance a mis l’accent sur le plaidoyer du membre du gouvernement dont l’exposé des motifs a été convaincant.

Erlyne Antonella Ndembet Damas avait alors soutenu la nécessité de revisiter de manière optimale la condition du magistrat et ses conditions de travail pour une efficience de la justice. Aussi, ce nouveau cadre d’exercice garantirait une indépendance de ces agents au service de nos cours et tribunaux.

L’adoption du Statut des magistrats : élément-clé pour la sortie de crise ?

Répondre par l’affirmative ne devrait pas être un énième leurre. Car si le gouvernement brandissait la distribution de véhicules de service et la confection de toges comme éléments devant décrisper l’atmosphère au sein de la justice, la solution est certainement dans la promulgation du nouveau Statut des magistrats.

Si pour l’heure on n’évoque que l’adoption devant l’Assemblée nationale, cette avancée pourrait ne pas passer inaperçue chez les magistrats. Étant donné que cet outil comporte la plénitude des améliorations souhaitées. Des émoluments revalorisés, des avantages sociaux et de meilleures conditions de sécurité. Toute chose qui permettra de lutter efficacement contre la corruption tributaire de leur sous-condition, rappelait Germain Nguema Ella, le président du Syndicat national des magistrats du Gabon.

Lyonnel Mbeng Essone

Rédacteur en chef adjoint, je suis diplômé en droit privé. J'ai longtemps fourbi mes armes dans les cabinets juridiques avant de me lancer dans le web journalisme. Bien que polyvalent, je me suis spécialisé sur les questions sociétés, justice, faits-divers et bien sûr actualités sportives.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page