A La UneDerniers articlesPOLITIQUE

Gabon : le coup de pression du ministère de l’Intérieur contre les abus de pouvoir de certains délégués spéciaux

Ecouter l'article

Face à l’excès de zèle et autres abus de pouvoir observés chez certains délégués spéciaux, le gouvernement, par l’entremise du ministre de l’Intérieur Hermann Immongault semble avoir décidé de rappeler à l’ordre ces brebis égarées. C’est du moins le sens à donner à la lettre circulaire datée du 11 juin dernier dans laquelle le membre du gouvernement rappelle aux uns et aux autres de se conformer aux attentes des plus hautes autorités en privilégiant des prises de décision collégiale. 

C’est une véritable épée de Damoclès que vient de mettre sur la tête des délégués spéciaux en charge de la gestion des communes et ceux des départements le ministre de l’Intérieur. Motif de ce rappel à l’ordre « les prises de décision unilatérales par certains délégués spéciaux sans consultation préalable de l’ensemble des membres » qui mettrait à mal le bon fonctionnement de ces organes de gestion.

Les décisions au sein des délégations spéciales prises de manière collegiale

Ainsi, dans sa Lettre circulaire n°000107/MIS/SG/DGCL du 11 juin 2024, le membre du gouvernement rappelle que « l’architecture des délégations spéciales calquée sur le modèle de fonctionnement et de prise de décision au sein des collectivités locales en période normale, confère de plein droit la qualité de vice-président aux membres désigné au sein du cadre organique ». Une manière donc de rappeler aux délégués spéciaux qu’ils ne sauraient être des responsables omnipotents dans ce dispositif mis en place dans le cadre du processus de transition. 

Il faut dire que cette mise en garde du ministre de l’Intérieur s’explique par la propension de certains délégués spéciaux à prendre des décisions sans concertation, surtout celles liées aux aspects financiers. C’est donc dans l’optique de remettre de l’ordre dans ce tohu bohu que le membre du gouvernement a invité ces derniers à « travailler en équipe et à tout mettre en œuvre pour que les décisions issues des délégations spéciales soient empreintes de consensus ». 


Toutefois, Hermann Immongault n’a pas manqué d’avertir les récalcitrants et autres responsables qui se croiraient intouchables du fait de leur proximité supposée avec des membres du Comité pour la transition et la restauration des institutions (CTRI). « Je réitère à l’attention de tous les délégués spéciaux que le mandat de la délégation spéciale prend fin avec la mise en place des bureaux des conseils élus. Toutefois, il peut être également mis fin à la suite des manquements constatés ou pour insuffisance de résultats. », a-t-il lancé.

Morel Mondjo Mouega

Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lancement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019.Rédacteur en chef

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page