A La UneDerniers articlesSOCIETE

Gabon : La montée des eaux, un phénomène naturel à l’origine de la psychose

Ecouter l'article

Selon le dernier rapport du Groupe d’expert intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) , « si les émissions des gaz à effet de serre ne cessent d’augmenter, alors le niveau de la mer pourrait s’élever de plus d’un mètre d’ici 2100 ». Un phénomène naturel occasionné par le réchauffement climatique, qui pourtant suscite des interprétations anormales auprès des populations gabonaises, qui ont remarqué une montée spectaculaire du niveau de la mer récemment. 

Le week-end écoulé, un phénomène d’une rare ampleur s’est produit au Gabon. Il s’agit des grandes marées d’Équinoxe, ce sont les marées des vives-eaux les plus fortes qui ont lieu tous les six mois et qui se manifestent en mars et en septembre. Si les grandes marées d’Équinoxe sont très attendues par les pêcheurs à pied, elles sont par contre très redoutées par les riverains du littoral en raison des risques d’inondations. D’où les météorologues invitent les populations à la prudence et à la vigilance. 

La montée des eaux n’est pas de la sorcellerie 

Si d’aucun voyait un côté spirituel à travers ses marées hautes constatée à Libreville et à la Pointe denis dans la province de l’Estuaire, ainsi qu’à Mayumba dans la Nyanga , les météorologues rassurent sur le fait qu’il n’y a rien de mystique à cela. Ce phénomène bien qu’assez surprenant était prévisible. « En pleine lune, on a tendance à avoir des marées hautes. Il se trouve que cette fois ci nous avons un phénomène naturel particulier qui est l’alignement des astres dont le soleil, la lune et la terre. Ainsi il y’aura l’aspiration des flux très accentués et donc une montée des eaux » a expliqué le Directeur général de la météorologie, Gilbert Ondo Ndong. 

Les activités humaines et le réchauffement climatique des causes de la montée des eaux

Ainsi les effets néfastes du réchauffement climatique ont des conséquences considérables et dévastatrices.  Les scientifiques précisent d’ailleurs que « lorsque les températures s’élèvent, l’eau se réchauffe, les molécules gonflent et le volume des mers et océans augmente » . Rien à voir donc avec la sorcellerie, la magie noire, ou encore la colère des ancêtres comme on pouvait le lire sur la toile. Cette méconnaissance des phénomènes naturels remet sur la table le manque d’intérêt des populations à lutter contre la préservation de l’environnement.  


Par ailleurs, les activités humaines telles que « le pompage des eaux souterraines, ou encore les extractions et exploitations minières »  accentuent l’affaissement terrestre de certaines régions. Lesquelles activités sont pratiquées dans notre pays. On ne devrait donc pas être surpris de ce qui se passe en ce moment. Peut-être serait-il temps que les Gabonais s’intéressent véritablement à la question de la préservation de l’environnement, qui est un sujet d’une importance capitale. Cela éviterait à la longue de se retrouver en train de diaboliser ce qui pourtant semble logique, il est temps de sortir de l’ignorance.

Geneviève Dewuno Edou

Diplômée en journalisme,je suis chargée des rubriques Santé en plus d’être l’une des voix derrière de nombreux reportages de GMTtv. L'écriture, la pose de voix, la présentation du Journal télévisé sont les principales tâches que j’exécute et pour lesquelles je mets mes capacités au quotidien au profit de la rédaction de Gabon Media Time.

Articles similaires

Un commentaire

  1. Le titre de l’article est assez méchant! il a fallu comme d’habitude se rendre compte du problème pour pondre des communiqués et articles à deux balles! tout ce qu’on peut retenir c’est que nos services de Météorologie ne servent à rien sinon nous dire ce que l’on peut voir et observer!
    la canicule qui dure déjà depuis plus d’un mois, ils communiquent la dessus des jours après que l’on vit la situation tandis que les services en ligne depuis deux semaines avant!!!!! Arrêter d’encourager l’incompétence!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page