A La UneDerniers articlesPOLITIQUE

Gabon : la loi de finances 2024 adoptée par les députés de la Transition

Après deux semaines intenses d’entretien avec chacun des membres du gouvernement de transition concernant notamment leurs sollicitations budgétaires, les députés viennent d’adopter le projet de loi de finances 2024 comportant le plus gros budget de l’histoire du pays. Au terme de la séance plénière de ce vendredi 22 décembre, ces derniers ont finalement donné leur quitus au gouvernement Ndong Sima, qui devrait dans la foulée poursuivre les nombreux projets entamés et débuter les projets en attente. 

Équilibré en ressources et en charges à 4162 milliards de FCFA, le budget prévisionnel 2024, qui n’est ni plus ni moins, que le plus élevé de l’histoire du Gabon affichant une hausse de 559,7 milliards de  FCFA par rapport au budget précédent, vient d’être adopté par les députés de la transition. Après deux semaines d’âpres entretiens où chacun des membres du gouvernement de transition a présenté les grandes lignes de sa politique sectorielle et les sollicitations budgétaires qui en découlent, les députés ont finalement adopté le projet de loi de finances 2024.

Quitus de l’ensemble des députés de la transition

Basé sur des hypothèses particulièrement optimistes qui, du reste, sont quasiment identiques à celles prévues par le régime déchu à savoir : une production pétrolière à plus de 80 millions de  barils et une production de manganèse à 10 millions de tonnes, ce projet de loi de finance 2024 adopté par l’ensemble des députés de la transition, devrait permettre à Raymond Ndong Sima et son équipe de mettre en oeuvre leur Plan National de Développement (PND), actuellement consolidé par la direction générale de la prospective.

Avec comme objectifs principaux le soutien au développement de l’activité  économique notamment à travers la relance de  nombreux projets d’investissement à l’arrêt, la consolidation des acquis sociaux, l’accroissement des recrutements des agents  publics et la régularisation des situations  administratives ou encore l’optimisation des recettes par le biais de  l’élargissement de l’assiette fiscale et  l’informatisation accrue, cette loi de finance 2024, devrait amorcer la redynamisation de l’activité économique. Toute chose favorisant une diversification qui se fait attendre.

Casimir Mapiya

« Mieux vaut une vérité qui fait mal, qu'un mensonge qui réjouit. » Proverbes berbères

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page