Derniers articlesPOLITIQUE

Gabon : des partis d’oppositions appellent au boycott du futur référendum

Ecouter l'article

Le référendum prévu dans les prochains mois pour valider la nouvelle Constitution ne passera pas comme une lettre à la poste. C’est du moins la promesse faite par plusieurs acteurs politiques de l’opposition réunis le samedi 29 juin dernier au quartier Avea situé dans le 2ème arrondissement de Libreville à l’occasion de la tournée de conscientisation initiée par l’Alliance patriotique gabonaise (APG). 

Si dans l’opinion, le Comité pour la transition et la restauration des institutions (CTRI) présidé par le Général Brice Oligui Nguema semble bénéficier du soutien d’une grande partie des acteurs politiques et de la société civile, certains estiment que les militaires ne devraient pas disposer d’un blanc seing permanent. C’est du moins le combat qu’entend mener une coalition de partis composée de l’Alliance patriotique gabonaise, du MORENA, du RAPID, du Mouvement Osons pour l’Afrique et du Forum pour la défense de la République (FDR). 

Plusieurs partis pour un boycott du référendum

 En effet, ces formations politiques ont fustigé certaines conclusions du Dialogue national inclusif (DNI) qui selon eux mettent en péril la démocratie au Gabon et rappelle les heures sombres du régime Bongo-PDG. « Remettre l’organisation des élections au Ministère de l’Intérieur est un recul démocratique, et pour cela, nous disons non au prochain référendum », a fustigé Gaël Boucka Mbina, président de l’APG, initiateur de la caravane mobilisant plusieurs autres leaders politiques.

Dénonçant une ingérence sournoise de la France dans la désignation des dirigeants du Gabon, Marc Ulrich Malekou, président du Mouvement Osons pour l’Afrique, a estimé qu’il était temps pour le peuple gabonais de prendre son destin en main en s’opposant à ce dessein funeste. Pour sa part, le leader du Forum pour la défense de la République, Joachim Mbatchi Pambou s’est dit déçu par le tournant peu orthodoxe pris par la gouvernance du CTRI et qui est en train de tuer tout espoir pour que le Gabon consolide sa démocratie encore balbutiante.

Morel Mondjo Mouega

Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lancement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019.Rédacteur en chef

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page