Derniers articlesFAITS DIVERS

Franceville : il perd ses deux jambes après s’être endormi sur les rails

Ecouter l'article

C’est la triste histoire vécue par Rigobert Lekogo, un gabonais de 43 ans maçon de profession. D’après le quotidien l’Union paru ce mardi 4 juin 2024, ce dernier se retrouve désormais privé de l’usage de ses deux jambes, après qu’un train marchandise en direction de la gare ferroviaire de Franceville dans la province du Haut-Ogooué lui aurait roulé dessus. 

Un énième accident s’est produit sur la voie ferroviaire, et ce, en dépit des multiples campagnes de sensibilisation menées par la Société d’exploitation du Transgabonais ( SETRAG) et axées sur la sécurité au abord de la voie ferrée. En effet, un compatriote d’une quarantaine d’années du nom de Rigobert Lekogo est désormais condamné à vivre sans ses deux jambes. Et pour cause, de retour d’une virée, la victime se serait endormie sur les rails, malheureusement pour lui un train marchandise lui aurait sectionné les deux membres. Un drame qui soulève tout de même beaucoup d’interrogations. 

Que s’est-il réellement passé ?

Selon les premiers témoignages, l’incident se serait produit vers 22 heures au quartier Mingara dans le 4ème arrondissement de la commune de Franceville, chef-lieu de la province du Haut-Ogooué. La victime tentant de regagner son domicile aurait emprunté la voie ferrée. Était-il ivre, aurait-il perdu connaissance ? Pour le moment, nous n’en savons rien. Selon les investigations rapportées dans les colonnes de L’Union, Rigobert Lekogo aurait été pris de fatigue qu’il s’est endormi tel un mort le long des rails. Le train de passage ce jour ne pouvait donc pas l’éviter. Toutefois, le conducteur du train après l’accident aurait informé ses responsables. 

Si une source a tout de même indiqué que l’accident a lui-même contacté les secours notamment les agents de la Direction générale des recherches (DGR) et ceux de la Setrag qui sont immédiatement intervenus sur les lieux et ont procédé à son évacuation au Centre hospitalier universitaire Amissa Bongo ( CHUAB). Alors qu’est-ce qu’expliquerait que le lendemain, Rigobert Lekogo semblait totalement sous le choc en découvrant l’état dans lequel il se trouve c’est-à-dire estropié ? Il n’y a que l’enquête qui pourra clairement apporter toute la lumière dans cette histoire.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page