A La UneADMINISTRATIONDerniers articles

ANBG : Rufin Ndjambou nommé en violation de la loi

Si sa nomination intervenue lors du Conseil des ministres du mercredi 8 novembre 2023 avait été saluée, il reste que cette décision faisant du Pr. Rufin Ndjambou le nouveau Directeur général de l’Agence nationale des bourses du Gabon (ANBG) constitue un conflit d’intérêts. Et ce, du fait que l’intéressé est le dirigeant d’une école supérieure qui fait appel à l’administration dont il hérite.

La transition militaire menée par le Comité pour la transition et la restauration des institutions (CTRI) impose une reconfiguration de l’administration publique. Laquelle devra jouer un rôle primordial dans la construction d’un service public accessible à tous et débarrassé du népotisme et du favoritisme criard qui l’ont toujours caractérisé. Sauf qu’après l’éviction de Sandra Flore Mambari Pinze épouse Abessolo, la très décriée « dame de fer », le Pr. Rufin Ndjambou qui l’a remplacé a été nommé au mépris de la loi. 

Une nomination manifestement illégale à l’ANBG !

Les tensions et autres manœuvres dites « irrégulières » reprochées à Sandra Flore Mambari Pinze épouse Abessolo ont vite fait de faire germer l’idée d’un remplacement impératif. Malheureusement, le nouvel arrivant, le Pr. Rufin Ndjambou, promu Directeur général de l’Agence nationale des bourses du Gabon au terme du Conseil des ministres du 8 novembre dernier et qui devrait incarner le renouveau au sein de ladite administration, ne répond pas aux normes.

En effet, Président fondateur et donc propriétaire de l’établissement d’enseignement supérieur dénommé Institut des hautes études économiques (IHEE), le Pr. Rufin Ndjambou tombe sous le coup du conflit d’intérêt dans la gestion de la chose publique. En droit, il s’agit « d’une situation d’interférence entre un intérêt public et un intérêt privé qui est de nature à influencer l’exercice indépendant, impartial et objectif d’une fonction ». 

Des nominations empreintes de copinage ?

C’est en tout cas la lecture qu’il est aisé de faire sans risque d’être taxé de faire dans la dénonciation infondée. Désireux de cerner les nominations intervenues au sein de l’Agence nationale des bourses du Gabon, la rédaction de Gabon Media Time (GMT) a pu constater que Jeslie Jolène Ndjoh Mbioko, collaboratrice du nouveau patron à l’IHEE, a été promue en qualité de Directeur des affaires financières (DAF).

Comme si cela ne suffisait pas, le nouveau patron de l’orientation et de l’attribution des bourses au Gabon enregistre l’arrivée d’une nouvelle Chef de service juridique en la personne d’Aïcha Ibrahima Matteya précédemment Coordinateur pédagogique Droit et Responsable CREC à IHEE. Si, à l’heure où nous couchons ces lignes, rien n’atteste que le Pr. Rufin Ndjambou soit l’artificier derrière ces nominations, leur lien étroit et le timing laissent penser à du népotisme à peine voilé.

 
Contacté par Gabon Media Time, le Pr. Rufin Ndjambou nous a fait parvenir la note n°000258/IHEE/PF portant création et nomination d’un directeur général. Laquelle désigne en son article 2, le Pr.  Moïse Nsole Biteghe à cette faction sans que le nouveau directeur général de l’ANBG ne se décharge de son statut de président de cet institut universitaire privé qui accueille des étudiants boursiers de l’État gabonais.  Cette décision suffit-elle à dissiper tout conflit d’intérêt ? La question reste posée.

Lyonnel Mbeng Essone

Rédacteur en chef adjoint, je suis diplômé en droit privé. J'ai longtemps fourbi mes armes dans les cabinets juridiques avant de me lancer dans le web journalisme.Bien que polyvalent, je me suis spécialisé sur les questions sociétés, justice, faits-divers et bien sûr actualités sportives.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page