A La UneDerniers articlesSOCIETE

UNICEF : le temps de récréation facteur de la malnutrition des enfants

Le rapport de septembre 2023 du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef) portant sur l’alimentation, la santé, la nutrition et les styles de vie des adolescents en milieu scolaire au Gabon. Il en ressort que dans les établissements scolaires, le temps accordé aux enfants pour se restaurer est très court et ne favorise pas la consommation d’aliments sains. Un état de fait inquiétant pour la santé des apprenants et nécessite que les autorités compétentes prennent ce phénomène très au sérieux. 

La récréation fait partie du temps de l’éducation, c’est une pause accordée aux élèves des écoles, collèges et lycées. D’une durée de 15 min dans les établissements scolaires selon l’enquête publiée par l’Unicef, elle ne permet pas aux enfants de se restaurer correctement, mais favorise la consommation d’aliments pratiques tels que les biscuits sucrés salés, les pop-corn, les jus conditionnés. Lesquels contribuent à la malnutrition de ces derniers et peuvent avoir de graves conséquences sur la santé des enfants.

Les conséquences de la consommation de la malbouffe chez les enfants durant la pause 

Les jus emballés, les boissons sucrées, les aliments gras, sucrés et salés ont considérablement réussi à s’intégrer dans les habitudes quotidiennes des apprenants durant la récréation. La principale raison qui expliquerait cela n’est autre que le temps jugé court pour les élèves pour se restaurer. En effet, ne disposant que de 15 min, le grignotage devient donc courant et les enfants se retrouvent à consommer des aliments emballés dans un temps limité.

Selon l’enquête de l’Unicef, environ 59 % des adolescents ont déclaré que des fast-foods et des boissons sucrées étaient disponibles à l’intérieur et autour de l’établissement scolaire, cela constitue un véritable obstacle à la consommation des produits sains conseillés. De plus, ces aliments sont vendus à moindre coût et peuvent affecter l’état nutritionnel et sanitaire des élèves. Un état de fait  que les autorités sanitaires gabonaises ne devraient pas négliger.

La malnutrition, principale menace pour la survie de l’enfant. 

L’alimentation en milieu scolaire est un facteur de malnutrition, assurer une bonne nutrition permet de maintenir l’enfant en bonne santé. D’où la nécessité du Fonds des Nations Unies pour l’enfant d’interpeller le gouvernement gabonais à mener diverses actions afin d’améliorer le système alimentaire et de santé en milieu scolaire. A cet effet, l’organe onusien préconise d’établir des programmes et politiques de santé et nutrition pour les jeunes.


Le ministre de la Santé, le Professeur Adrien Mougougou  et la ministre de l’Education nationale  Camélia Ntoutoume Leclerq sont invités à trouver des stratégies appropriées pour réconcilier les enfants avec la consommation des aliments sains en milieu scolaire.

Casimir Mapiya

« Mieux vaut une vérité qui fait mal, qu'un mensonge qui réjouit. » Proverbes berbères

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page