A La UneDerniers articlesSOCIETE

Santé Mentale : l’alcool, ce puissant stimulant de la dépression et de l’anxiété

L’alcool est une substance liquide d’origine naturelle, obtenue par fermentation de végétaux riches en sucre ou par distillation. Loin de l’euphorie qu’elle procure, cette substance peut entraîner une dépendance physique et psychique, avec des conséquences graves sur la santé mentale telles que l’augmentation de la dépression et de l’anxiété. C’est ce que nous révèle une étude réalisée par le Dr. Peter Farvolden, un chercheur américain qui affirme notamment qu’une trop grande consommation augmente la dépression et l’anxiété.

La dépression et l’anxiété sont deux troubles psychologiques qui affectent grandement la qualité de vie de la personne souffrante. S’il est de coutume de considérer l’alcool comme un anxiolytique naturel qui euphorise,  le Dr.Peter Farvolden l’affirme et le confirme, cette sensation est éphémère. En effet, au terme d’une étude qu’il a réalisée, le chercheur américain souligne que « l’utilisation de l’alcool à des fins d’automédication pour traiter l’anxiété et la dépression peut entraîner un cercle vicieux ». Loin de réduire les effets de la dépression, l’alcool peut à la longue, « les augmenter par effet de rebond ». 

L’alcool incompatible avec la santé mentale 

Incompatible sur la durée, avec la santé mentale, l’alcool fait donc partie de la catégorie des dépresseurs du système nerveux central et ce, même s’il est vrai que sa consommation peut procurer une certaine forme de gratification immédiate. Une gratification à court terme qui crée des problèmes plus importants sur le long terme puisque « lorsqu’une personne qui souffre de dépression ou d’anxiété abuse de l’alcool, elle peut être plus à risque de faire des choses qu’elle ne ferait pas d’habitude ». 

Un taux de suicide plus élevé chez les alcooliques

Plus grave encore, selon le chercheur américain, « le taux de suicide est six fois plus élevé chez les alcooliques qu’au sein de la population générale ». Un effet néfaste en plus, qui s’ajoute à la longue liste de méfaits liés à sa consommation qui vont des intoxications aiguës aux cancers, en passant par les maladies cardiovasculaires, les maladies gastro-intestinales, les maladies infectieuses. Une longue liste à laquelle s’ajoutent les retombées négatives sur l’entourage qui peut par ricochet, également souffrir de dépression et d’anxiété. 

Au Gabon, pays connu pour sa consommation excessive d’alcool, il serait judicieux que les autorités prennent ce problème, qui touche plusieurs familles toutes couches sociales confondues, à bras le corps afin de désalcooliser la société. Le point de départ de cette prise de conscience pourrait déjà être une meilleure sensibilisation visant à conscientiser les populations sur l’abus de l’alcool. Pour rappel, en 2023, dans le classement de l’Organisation mondiale de la santé ( OMS ) des pays africains qui consomment le plus d’alcool par habitant, le Gabon figure dans le top 10 occupant la 7ème place. Une statistique peu glorieuse qui devrait interpeller l’Etat.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page