Derniers articlesSOCIETE

Restauration de l’ordre urbain : les populations indignées par les méthodes de la mairie de Libreville

Lancée en janvier 2024, la restauration de l’ordre urbain par la municipalité suscite l’indignation des populations. Si celles-ci disent avoir saisi l’importance de la gestion de l’espace urbain, elles ont tout de même remis en cause les méthodes des agents du Général Judes Ibrahim Rapontchombo.

L’opération  « libérez les trottoirs » initiée par le délégué spécial de Libreville vise à redonner à ladite commune son éclat d’antan. Toutefois, l’évacuation de certaines zones et le déplacement de commerçants ont été jugés autoritaires. Une situation qui a suscité l’indignation parmi les populations affectées.

 Une communication décriée

Si les premiers actes forts du Général Judes Ibrahim Rapontchombo ont été longtemps attendus, le nouvel édile de la commune de Libreville s’est retroussé les manches pour mettre fin à l’insalubrité dans l’espace urbain. Dénommée Libérez les trottoirs, cette opération partie d’une intention noble a tout de même fait grincer des dents. Et pour cause, les commerçants dénoncent un manque de communication des agents municipaux. 

L’indignation parmi la communauté des commerçants découle en partie du sentiment d’avoir été pris de cours. Certains commerçants ont affirmé ne pas avoir été informés, ne pas disposer d’assez de temps ou encore de ne pas savoir où aller. D’autres ont estimé que les agents ont abusé de leur autorité.

Dans une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux, le propriétaire d’une librairie située à Akébé dans le 3ème arrondissement de Libreville s’est insurgé face aux méthodes « peu orthodoxes » de ces agents. Selon l’employé présente au moment des faits, les agents de la mairie auraient avec l’aide des forces sécurité détruit la façade avant du commerce. Si le propriétaire des lieux a décidé d’entamer une démarche auprès des autorités compétentes c’est parce qu’il n’aurait reçu aucun préavis en plus d’avoir été le seul à avoir reçu ce traitement dans la zone où il exerce.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page