A La UneDerniers articlesSOCIETE

Le Gabon, 29ème pays le plus touché par le terrorisme en 2022

Ecouter l'article

La nouvelle édition du Global Terrorism Index (GTI) met en exergue l’inquiétante hausse du niveau de terrorisme en Afrique. Pour le compte du Gabon, aussi impensable que cela puisse être, notre pays occupe la 29ème place sur le continent et la 86ème au monde avec le score de 0,291 ex aequo avec le Soudan, rapporte le classement établi par Institute for Economics & Peace (IEP)

Si d’un point de vue global, le nombre de décès liés au terrorisme a considérablement baissé depuis 2019 et l’avènement de la crise sanitaire liée au Covid-19, il existe certains pays qui semblent opérer une courbe inversée. C’est notamment le cas du Gabon qui semble être de plus en plus menacé par les organisations mafieuses. Une réalité peu perceptible à Libreville et même dans l’hinterland où le terme « terrorisme » relève beaucoup plus de la science-fiction qu’autre chose.

Pourtant, le classement annuel de l’organisme indépendant Institute for Economics & Peace (IEP), qui mesure l’impact du terrorisme sur chaque pays, selon plusieurs paramètres, montre que notre pays est l’un des 30 pays les plus touchés par le phénomène en 2022. D’ailleurs, le Gabon est classé 29ème sur 49 Etats africains et 86ème mondial avec 0,291 de score répondant aux critères de Global Terrorism Index (GTI). Un classement qui peut s’expliquer par la multiplication ces dernières années d’attaques pirates au large des côtes gabonaises et qui créé semble-t-il un sentiment d’insécurité auprès des populations. 

Pour information, le score GTI mesure l’impact du terrorisme dans 163 pays qui représentent 99,7% de la population en prenant en compte plusieurs indicateurs, pricipalement le nombre de décès, de blessés, d’incidents et de dommages matériels. Il est judicieux de préciser que l’indice est lissé sur 5 ans pour mesurer l’impact à long terme. En 2021, les décès dus au terrorisme ont diminué de 1,2 % pour atteindre 7 142, tandis que les attaques ont augmenté de 17 %. Vigilance.

Lyonnel Mbeng Essone

Rédacteur en chef adjoint, je suis diplômé en droit privé. J'ai longtemps fourbi mes armes dans les cabinets juridiques avant de me lancer dans le web journalisme.Bien que polyvalent, je me suis spécialisé sur les questions sociétés, justice, faits-divers et bien sûr actualités sportives.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page