A La UneDerniers articlesPOLITIQUE

Gabon : l’Alliance patriotique de Ndong Sima officiellement dans l’arène

Ecouter l'article

Si jusqu’à présent, elle était freinée sur le plan légale par la nondélivrance de son recepissé définitif, l’Alliance patriotique (AP), parti fondé par l’actuel Premier ministre de la Transition Raymond Ndong Sima, devrait déployer désormais ses activités sans crainte. En effet, cette formation politique vient de recevoir le document actant sa reconnaissance officielle et vient dans la foulée de désigner Emmanuel Edou-Eyene en qualité de président intérimaire.

En effet, si quelques mois avant sa chute, le régime déchu d’Ali Bongo Ondimba, avait légalisé à tour de bras plusieurs partis politiques dits de l’opposition, celui de l’actuel chef du gouvernement, par ailleurs candidat à la présidentielle à cette époque, n’avait pas bénéficié de cette largesse. Une injustice qui semble désormais avoir été réparée puisqu’il vient d’obtenir son récépissé, actant son entrée dans le paysage politique gabonais.

L’Alliance patriotique désormais dans l’arène 

C’est la semaine dernière que la jeune formation politique a reçu du ministère de l’Intérieur le document actant sa reconnaissance officielle. Selon des informations relayées par le quotidien L’Union, un élément bien curieux est toutefois à relever notamment le fait que le document aurait été délivré courant 2023 et que celui-ci porte la signature de Lambert-Noël Matha, ex-ministre de l’Intérieur. Toute chose qui corrobore l’idée d’une rétention volontaire pour empêcher Raymond Ndong Sima de se déployer sereinement lors des élections générales d’août 2023.


Ainsi, après l’obtention de ce précieux sésame, l’Alliance patriotique a enregistré la nomination, le 6 mars dernier, de son président intérimaire en la personne d’Emmanuel Edou-Eyene. Titulaire d’un DEA en économie, inspecteur des impôts, ce dernier dispose d’une assise solide sur le plan politique. Ancien maire de Bitam dans le province du Woleu-Ntem, il entend faire vivre son parti, d’abord à travers sa participation au futur dialogue national. « Nous devons nous projeter dans l’avenir en préparant le premier congrès ordinaire en 2025 et en nous préparant activement pour les élections générales de l’après-Transition », a-t-il indiqué sans manquer d’assurer le soutien de l’Alliance patriotique au Comité pour la transition et la restauration des institutions (CTRI).

Morel Mondjo Mouega

Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lancement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019.Rédacteur en chef

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page