A La UneDerniers articlesSOCIETE

Gabon : la SAG fait construire une buse pour les habitants de Meyang

Ecouter l'article

En charge du projet de réaménagement du premier tronçon de la Route Nationale 1, allant du PK 12 au PK 105, la Société Autoroutière du Gabon (SAG) demeure également une entreprise citoyenne. En ce sens, et pour lutter contre les crues régulières que subissent les populations de Meyang, petite bourgade située sur l’ancien tracé de la RN1, la SAG est intervenue ce vendredi 15 mars, pour mettre fin à ce risque saisonnier en lançant les travaux de réalisation d’une buse. Un lancement effectué en présence notamment du préfet du Komo-Mondah, Annie Nicole Mefoumane, autorité de la région. 

Si elle est plutôt connue pour son rôle central dans la conception, du financement, de la construction, de l’exploitation et de la maintenance de la route Nationale 1, la Société Autoroutière du Gabon (SAG) sait également se démarquer en matière de Responsabilité Sociale et Environnementale (RSE), comme elle vient de le démontrer aux populations de Meyang. Située à proximité de Nzoghe-Mintang et Akigname, dans le département du Komo-Mondah, cette petite bourgade située sur l’ancien tracé de la RN1, subissait en raison d’aménagements datés de régulières crues en saison des pluies. 

Dans le but d’éviter ce risque, la Société autoroutière du Gabon est intervenue en partenariat avec l’État, pour mettre en place cette buse accompagnée d’autres ouvrages maçonnés et d’enrochements, avec pour objectif « de soulager les populations et améliorer leur quotidien » comme l’a d’ailleurs reconnue et soulignée Annie Nicole Mefoumane, préfet du Komo-Mondah, sur les lieux pour le lancement des travaux. Des travaux réalisés par l’entreprise 2KN services et dont le délai d’exécution est fixé à environ trois semaines. 

Le programme d’accompagnement des Personnes affectées par le projet (PAP) mis en avant

Par ailleurs, avec ses 1000 mm de diamètre, cette buse qui devrait s’accompagner de têtes d’ouvrage, de perrés maçonnés et d’enrochement pour limiter l’érosion, s’inscrit dans le cadre du programme d’accompagnement des Personnes affectées par le projet (PAP) de la SAG. Toute chose qui n’a pas manqué de susciter la gratitude de la cheffe de ce village, Ngoyo Béatrice, qui a tenu à « remercier profondément la SAG » tout en l’exhortant à « faire encore plus ». 

Casimir Mapiya

« Mieux vaut une vérité qui fait mal, qu'un mensonge qui réjouit. » Proverbes berbères

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page