A La UneDerniers articlesPOLITIQUE

Gabon : détournements, pots-de-vin, le CTRI va-t-il enfin démanteler l’UCET en charge du PCR Bikélé?

Ecouter cet article

C’est l’un des sujets brûlants de la Task-Force sur la dette intérieure et extérieure. Destiné aux personnes affectées par le projet d’aménagement des bassins versants de Gué-Gué, Lowé-IAI et terre nouvelle, le Plan complet de relogement (PCR) Bikélé-Nzong souffre de nombreuses irrégularités.  Financé par la Banque de développement des États de l’Afrique centrale (BDEAC) à hauteur 40 milliards de FCFA, que l’État gabonais doit rembourser, ce projet confié pour sa réalisation à SOBEA et suivi par l’Unité de coordination des études et des travaux (UCET), interpelle à plus d’un titre. 

Créé dans l’optique d’assurer, pour le compte de l’État, la gestion et le management des projets d’assainissement des bassins versants de IAI, Terre Nouvelle et Guégué sur financement de la Banque Africaine de développement, l’Unité de coordination des Etudes et Travaux (UCET) est au fil des années, devenue une boîte noire opaque. Il faut dire que plus de dix ans après la signature du premier accord de prêt concernant ce plan complet de réinstallation, cette entité, ponctuelle à la base, s’est profondément enracinée. 

L’UCET un gouffre à sous pour aucun résultat ?

En effet, bien que très loin de justifier d’une efficacité palpable sur le terrain puisque sur les 1070 logements prévus dans la zone de Bikélé-Nzong, seulement 250 bâtiments sont jusque-là en cours de construction, soit un rythme de 25 logements par an, l’UCET semble plus que jamais intouchable. Pour preuve, malgré de nouvelles révélations concernant notamment « une mauvaise gestion avérée, des détournements de fonds publics, un manque de professionnalisme criard », cette entité rattachée au ministère des Travaux Publics, demeure. Mieux, une ligne budgétaire de plus de 12 milliards de FCFA lui était encore destinée sur cet exercice 2023. 

Au coeur d’un vaste réseau de malversations financières avec la complicité du cabinet Malien CIRA MALI, étant donné que SOBEA, l’entreprise adjudicataire a elle-même reconnu une surfacturation de 1,5 milliard de FCFA sur les prix unitaires des logements de Bikélé et plus de 6 milliards de FCFA pour les logements de Terre Nouvelle, les équipes de l’UCET devraient logiquement être épinglées pour ces pratiques plus que douteuses.

 
Quand on sait que 20 milliards de FCFA complémentaires ont été accordés en 2021 toujours par la BDEAC pour ce même projet qui semble volontairement ralenti par les équipes de l’UCET coupables de « détournements de fonds sans peur(…) d’attribution de marchés sans respect des procédures d’appel d’offres », il serait peut-être temps de mettre fin à ces dérives en démantelant ce réseau. A charge donc au CTRI de prendre la mesure d’une situation qui mêle les secteurs de la santé, du logement et de l’habitat notamment, et surtout qui pénalise les populations depuis déjà une dizaine d’années.

PUB-GLOBAL MEDIA TIME Middle bannière

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page