Derniers articlesECONOMIE

Gabon : adoption du projet de loi portant création de la Socorep

Ecouter l'article

C’est dans le cadre de la séance plénière qui s’est tenue le 7 juin dernier à l’Assemblée nationale en présence du président de l’institution Jean-François Ndongou, que le projet de loi portant création de la société de construction et de restauration des édifices publics (Socorep) a été examiné puis adopté par les parlementaires. Ainsi cette entreprise contribuera inexorablement au progrès national, puisqu’elle permettra au gouvernement de transition de sortir du cycle de location des bâtiments administratifs. 

Créé sur proposition du ministre de l’Économie et des Participations, Mays Mouissi, la Société de construction et de restauration des édifices publics ( SOCOREP) est dédiée à la conception, au financement, à la gouvernance et au suivi-évaluation des projets de construction de bâtiments devant abriter des administrations publiques. C’est donc en présence du ministre de la Réforme des institutions Murielle Minkoue épouse Mintsa et du ministre de l’environnement Arcadie  Svetlana Minguengui Ndomba que les députés de la transitions après examen à l’Assemblée nationale, ont marqué leur accord pour le projet de loi portant création de la Socorep. 

Socorep une réponse pour sortir l’Etat gabonais de la location

C’est par 62 voix pour, 3 contre et 7 abstentions que le projet de loi portant ratification de l’Ordonnance n°001/PR/2024 du 23 janvier 2024 portant création de la Société de Construction et de Restauration des Édifices Publics (SOCOREP) a été adopté. Ainsi, cette entreprise qui a pour Directeur général Hugues Thierry Obame Sima viendra répondre aux besoins plus qu’urgents du gouvernement de transition de doter l’administration gabonaise de ses propres bâtiments, compte tenu des 22 milliards de FCFA injectés chaque année en baux locatifs. 

Aussi elle permettra d’améliorer les conditions de travail des agents de l’Etat, tout en favorisant l’optimisation des dépenses publiques puisqu’à terme, on évoque jusqu’à 20 milliards de FCFA d’économies pour l’Etat. Notons que cette rencontre a également permis l’examen puis l’adoption de 7 autres textes dont le projet de loi n°0011/PR/2024 du 26 février 2024 portant protection du droit d’auteur et des droits voisins. Une décision qui viendra réjouir les acteurs culturels qui se sont battus durant des années pour cette cause. 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page