A La UneDerniers articlesPOLITIQUE

Gabon : 15 députés exigent l’anonymat pour le vote du projet de modification du Code électoral

Ecouter l'article

Dans le contexte né du coup de Libération du 30 août 2023, l’Assemblée nationale de la Transition doit porter haut, les valeurs de patriotisme, d’intégrité et de dignité tout en œuvrant à la réussite de la mission du CTRI : la Restauration des Institutions. Il y a quelques jours, le ministre de l’intérieur était éconduit de l’Assemblée nationale pour non-respect des délais de transmission des lois, tels que prévus par le Règlement de l’Institution. Nous ne pouvons tolérer en notre sein ce que nous exigeons du Gouvernement.

Or, le rapport de la Commission des lois sur le Code électoral a été distribué séance tenante aux députés pour examen et adoption, contrairement aux dispositions de l’article 83 du Règlement qui prescrit un délai préalable de 2 jours. De même, une fois adopté, ce rapport ne peut être présenté en plénière que 2 jours avant cette dernière, conformément aux dispositions de l’article 92 dudit Règlement. Or, le texte a été présenté le lendemain, donc aujourd’hui, en plénière. Le non-respect des procédures et la tendance des uns à faire comme s’ils avaient l’exclusivité du soutien au CTRI, nous poussent à afficher publiquement notre refus de voir se perpétuer les pratiques du régime déchu.

C’est ainsi que nous avons demandé au Bureau de notre institution de respecter les délais, tout comme nous demandons que le vote du projet de texte portant révision du Code électoral se fasse à bulletin secret. C’est l’occasion d’informer l’opinion nationale et internationale que nous avons formellement introduit une demande à cet effet, signée par une quinzaine de députés, tel que le prévoit l’article 60 alinéa 2 du Règlement suscité. En le faisant, nous avons souhaité que chacun de nos collègues puisse voter en toute âme et conscience, dans l’intérêt du Gabon, pour la restauration des institutions, et à l’abri des pressions de toutes sortes.

De la même façon, nous rappelons que le gouvernement n’a jamais prononcé l’urgence pour le vote de ce texte dont la pertinence est loin d’être établie, une loi référendaire nous apparaissant plus adaptée, d’autant qu’une législation applicable au référendum  existe déjà, qu’il aurait suffit de mettre à jour. Sur le fond, il est important de souligner que la production de ce texte rompt avec une tradition de consensus trentenaire sur les questions électorales, d’une part, et sur les promesses d’inclusion du CTRI au lendemain de sa prise de pouvoir à l’adresse des forces vives de la Nation.

Par ailleurs, selon le calendrier de la Transition décliné par le CTRI et soumis à la Communauté nationale et internationale, l’examen d’un nouveau Code électoral devrait en principe intervenir en janvier 2025, à l’issue de l’adoption de la nouvelle Constitution par référendum en décembre de l’année en cours.

Certes, nous avons conscience de notre statut de députés nommés et non élus. Et nous en sommes infiniment gré au CTRI pour ce privilège d’avoir été choisis parmi des milliers d’autres compatriotes tout aussi méritants. Cependant, nous n’osons pas croire que cette nomination a pour corollaire une aveugle soumission. Une forte conviction nous anime, le CTRI nous a choisis pour une mission noble : contribuer au sein du Parlement à la restauration des institutions, mission que nous accomplissons en rupture avec les comportements des parlementaires du régime déchu.

C’est l’occasion d’interpeller, très respectueusement, Son Excellence, le Général Brice Clotaire OLIGUI NGUEMA, Président de la Transition, Président de la République, Chef de l’Etat, sur l’impérieuse nécessité de veiller attentivement à préserver le climat de confiance et de sérénité qui prévaut depuis le coup de libération du 30 août 2023.

Nous vous remercions.

Gabon Media Time

Gabon Media Time est un site d'actualité dont le slogan est " A l'heure de l'info". Nous entendons réinventer l'actualité en ligne gabonaise et sous régionale.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page