A La UneDerniers articlesPOLITIQUE

Coopération : l’effectif des Éléments français au Gabon bientôt réduit au strict minimum

Ecouter l'article

Depuis l’échec de sa stratégie au Sahel, la France est sérieusement en train d’envisager une adaptation de son dispositif militaire prépositionné au sein de ses anciennes colonies, dont le Gabon où environ 350 éléments y sont stationnés. C’est ce que révèle le journal Le Monde, qui indique que ce plan serait actuellement en discussion entre l’exécutif français et ses partenaires africains. 

Les expériences malienne, burkinabé et nigérienne ont sans doute pesé dans le choix de Paris de réduire sa présence militaire en Afrique de l’Ouest et Centrale. Selon le journal de Gauche, cette réduction d’effectifs concernerait le Gabon, le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Tchad. Vraisemblablement, seul Djibouti ne devrait pas connaître de réduction d’effectifs et pour cause, ce pays qui se situe en plein cœur du Golfe d’Aden est stratégique pour les principales puissances mondiales, qui disposent elles aussi d’une base militaire. 

Un changement stratégique assumé par Emmanuel Macron dès 2023

Les militaires français prépositionnés au Gabon, au Sénégal, au Tchad et en Côte d’Ivoire représentent un effectif d’environ 2100 Hommes. Citant deux sources proches de l’exécutif français et une source militaire, Le Monde indique que sur un effectif de 350 soldats installés au Gabon, seuls une centaine restera en poste à Libreville. Si le confrère indique que l’état major n’a pas souhaité faire de commentaires, cette information est loin d’être surprenante. 

En effet, dès le 28 février 2023, le président français Emmanuel Macron avait présenté sa vision d’une coopération renouvelée avec ses partenaires africains. « La logique est que notre modèle ne doit’ plus être celui des bases militaires telles qu’elles existent aujourd’hui (…). Cette transformation débutera dans les prochains mois sur le principe même de la co-construction, avec une diminution visible de nos effectifs et, de manière concomitante, une montée en puissance de la présence dans ces bases de nos partenaires africains. », avait alors annoncé le chef de l’exécutif français. C’est suivant cette volonté, et en vue de la mise en œuvre de ce plan de diminution d’effectifs, que le président de la Transition, le général Brice Clotaire Oligui Nguema a reçu le 19 mars dernier Jean-Marie Bockel, envoyé spécial d’Emmanuel Macron. 

La partie gabonaise parlait alors d’une rencontre qui vise à « renforcer les échanges dans un esprit de confiance et de construction, de dialogue et d’écoute, dans une approche qui profitera à nos peuples respectifs ». D’ailleurs, l’ancien Secrétaire d’Etat à la Coopération devrait remettre au Sénat français  un rapport en juillet prochain.  

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page