A La UneDerniers articlesJUSTICE

Affaire BLA : un magistrat commis pour vérifier qu’il est bien hospitalisé

Ecouter l'article

Alors que l’opinion publique a été choquée par la nouvelle de la mise en soins intensifs à l’hôpital d’instruction des armées d’Angondjé (HIAA), la justice gabonaise de son côté semble n’y accorder que très peu de crédit. D’ailleurs, comme l’a révélé Me Anges Kevin Nzigou, la Cour criminelle aurait commis des magistrats pour s’assurer de la véracité des faits.

S’il est admis dans le système judiciaire que les juges jugent sur pièces, au Gabon la justice semble méconnaître cette règle de droit universelle qui encadre l’action des magistrats. Pour preuve, informée de la rechute de l’ancien Directeur de cabinet d’Ali Bongo Ondimba, la Cour criminelle spécialisée aurait opté pour une démarche peu orthodoxe.

La famille écoeurée par cette procédure

Faisant la lumière sur la situation sanitaire de son client, Maître Anges Kevin Nzigou a déploré l’initiative de la Cour criminelle spécialisée annoncée ce mercredi 12 juin 2024. « J’ai appris, pour le déplorer, que la Cour à décidé de commettre un magistrat afin de vérifier si mon client Brice Laccruche-Alihanga est hospitalisé et dans quel état il se trouve », a indiqué l’avocat au barreau du Gabon.

Une démarche que l’homme de loi juge déplacée tant le fond que sur la forme pour la famille de celui qui se retrouve dans un état de santé piteux par ce qu’il assimile d’emblée à un acharnement des juges dénué d’humanité. « Je n’ai dans le fond rien à craindre de cette mission. Mais je trouve qu’elle est déplorable et ne rend pas honneur à notre justice […] », a-t-il martelé. Aussi, il s’interroge-t-il sur le fondement d’une telle démarche aux allures peu saines.

« Qu’est-ce qui empêchait la juridiction d’en joindre les avocats que nous sommes pour obtenir le certificat médical ? ». Non sans souligner que « cette désignation d’un juge est une provocation. Vous imaginez les parents qui vivent très mal le fait qu’il a été malmené parce que cela a été inhumain. Vous imaginez qu’ils feront face avec gaieté à ceux qu’ils considèrent comme responsables de sa situation de l’heure ? », a-t-il conclu. 

Lyonnel Mbeng Essone

Rédacteur en chef adjoint, je suis diplômé en droit privé. J'ai longtemps fourbi mes armes dans les cabinets juridiques avant de me lancer dans le web journalisme.Bien que polyvalent, je me suis spécialisé sur les questions sociétés, justice, faits-divers et bien sûr actualités sportives.

Articles similaires

Un commentaire

  1. Je pense que la famille de BLA doit changé le cabinet d’avocat, les jugent font leurs travail c’était à eux qui devaient faire la démarche juridique auprès du président du tribunal pour dire que leur client est incapable de poursuive le procès, et vous les journalistes encore une fois vous avez manqué de professionnalisme faites d’abord les enquêtes et demandé vous quelle est la bonne démarche , mr Nzigou avocat de son état fait plus dans la communication politicienne et se sert de vous pour faire la pression en plein procès c’est une tentative d’intimidation c’est très maladroit de sa part ; il fait trop d’erreurs comme un amateur la justice a des règles pourquoi il ne les suis pas , faire dans l’émotion auprès de l’opinion publique ne va pas arrangé les choses de BLA que la famille change des avocats incompétents voilà le vrai problème

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page