A La UneDerniers articlesENVIRONNEMENT

Semaine Africaine du climat: le WWF lance son rapport sur «le rôle du capital naturel dans un monde post-Covid»

Dans le cadre de la Semaine Africaine du Climat 2022 qui se tient depuis le lundi 29 août 2022 à Libreville, le Fonds mondial pour la nature(WWF) a organisé ce mercredi 31 août un atelier durant lequel un rapport ayant pour thème « Construire un avenir durable pour l’Afrique centrale dans un monde post-covid: le rôle du capital naturel ». Ledit document examine les relations entre la croissance économique, le capital naturel et le bien-être humain dans les pays de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale(CEEAC).

Le rapport intitulé « Construire un avenir durable pour l’Afrique centrale dans un monde post-covid: le rôle du capital naturel » a été lancé ce mercredi 31 août 2022 en marge de la première semaine africaine du climat à Libreville. Il examine les relations entre la croissance économique, le capital naturel et le bien-être humain dans les pays de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale(CEEAC), ainsi que les dépendances et les vulnérabilités entre les personnes, la santé et la nature exposées, entre autres, par la pandémie de Covid-19.

Selon le rapport, tous les pays de la région d’Afrique centrale « ont largement compté sur leurs richesses naturelles pour obtenir des revenus, mais n’ont pas réussi à investir ces recettes pour parvenir à un développement significatif, ce qui a entraîné des coûts environnementaux élevés et un risque important pour le bien-être futur ». Cette situation peut être due à la mauvaise gouvernance et à la corruption généralisée. 

Il faut souligner que le lancement de ce rapport revêt un caractère important et ce document est publié au moment où l’Afrique centrale, riche en pétrole et en ressources minérales bénéficie de conditions favorables à l’agriculture et voit ses écosystèmes, ses grandes forêts intactes et la variété de ses espèces sauvages gravement menacée. Occasion pour ledit rapport de relever que les a humaines à proximité d’écosystèmes sensibles et non réglementées ont été identifiées comme une menace majeure pour l’avenir écologique de la région.

Andy Marvine Nze

Fils de Lambaréné, passionné d'écriture et féru des réseaux sociaux, qui a à cœur d'informer sur l'actualité gabonaise et internationale. Avant j'étais chef de classe, maintenant je suis titulaire d'un Master en Sciences Politiques et relations internationales

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page