ADMINISTRATIONDerniers articles

Gabon : plus de 1 000 demandes d’emplois enregistrées dans l’Enseignement supérieur

Le problème du déficit d’enseignants dans l’Enseignement supérieur pourrait peut-être bientôt connaître un début de solution. C’est en tout cas ce qu’on peut lire de l’intervention sur Gabon télévision du professeur Eugénie Eyeang, Secrétaire générale du ministère de l’Enseignement supérieur, qui a annoncé avoir reçu 1065 dossiers de demandes d’emploi, dans le cadre du dégel des recrutements désormais effectif, dont 116 seront mis en pré-solde ce mois de janvier. 

Le dégel des recrutements rendu effectif par l’arrêté n°000009/PM/MFPRC le 24 novembre 2023, a ouvert la voie à de milliers de compatriotes, qui se sont empressés de proposer leur candidature au sein du ministère de l’Enseignement supérieur. Selon le professeur Eugénie Eyeang,  secrétaire générale de ce département, ce sont 1065 dossiers qui ont été enregistrés par ses services. Une fois le traitement des demandes achevé, les candidats retenus viendront renforcer les effectifs du corps enseignant.

116 dossiers en pré-solde dès ce mois de janvier

Interrogée sur la question du déficit d’enseignants dans les universités publiques, le professeur Eugénie Eyeang a affirmé qu’« il n’y a aucun thésard dans la nature ». Aussi, a-t-elle annoncé avoir reçu 1065 dossiers au secrétariat général du ministère de l’enseignement supérieur. Parmi ces demandes, elle a dénombré 119 doctorats, dont 116 passeront en pré-salaire dès ce mois de janvier. Une augmentation de la part d’enseignants permanents, qui permettra selon la responsable ministérielle, de réduire le nombre de vacataires jugé élevé.

Si le secrétaire général du ministère de l’Enseignement supérieur reconnaît le manque criant d’enseignants notamment dans les formations techniques et scientifiques, elle n’a toutefois pas été en mesure de fournir les chiffres concernant ce déficit. Pour justifier cette incapacité, le professeur Eugénie Eyeang a évoqué les difficultés de ses services à compiler les données.

De la nécessité d’un recrutement annuel de 100 enseignants dans l’enseignement supérieur

Par ailleurs, le ministre de l’Enseignement supérieur, le professeur Hervé Ndoume Essingone a estimé à 100, le nombre d’enseignants à recruter chaque année, pour pouvoir répondre de manière structurelle au déficit.  « Nous avons à peu près besoin d’un rythme de recrutement de 100 enseignants par an. Nous espérons que les recrutements vont se faire régulièrement pour renforcer les ressources humaines dans nos universités. » 

Le membre du gouvernement s’est également saisi de ce cadre pour annoncer la mise en place effective de commissions de gestion des heures de cours des enseignants. L’objectif de cette mesure est de faire respecter à chaque enseignant leurs obligations de service, afin d’alléger le travail des vacataires.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page