A La UneDerniers articlesSOCIETE

Gabon: le l’ANBG et Sosup prêts à hypothéquer l’avenir de plusieurs étudiants !

Ecouter l'article

Que se passe-t-il entre l’Agence nationale des bourses du Gabon (ANBG) et le Secrétariat de l’orientation scolaire et universitaire (Sosup)? C’est la question qu’on pourrait se poser au vu de la décision prise par la première citée de d’effectuer plusieurs réorientations d’étudiants dans des grandes écoles et universités publiques, alors que ceux-ci avaient déjà été orientés depuis septembre dernier mettant ainsi en péril la possibilité de se voir octroyer la bourse. 

La pomme de la discorde entre les deux institutions viendrait de la décision de l’ANBG  de procéder à des réorientations alors que des orientations avaient déjà été faites par Sosup et que les étudiants concernés avaient déjà débuté les cours. Une situation pour le moins incompréhensible pour ces derniers qui selon les informations relayées par le quotidien L’Union auraient été extraits manu militari.

Il faut souligner que pour la locataire du siège d’Oloumi Sandra Flore Mambari Pinze, c’est à l’Agence nationale des bourses du Gabon de gérer le déploiement des étudiants éligibles à la bourse d’études dans les différentes universités et écoles privées. Une compétence d’emblée récusée par le Secrétaire général du ministère de l’Enseignement supérieur Frédéric Mambenga Ylagou qui préside le Secrétariat d’orientation scolaire, universitaire et professionnelle. 


Conséquence, cette guéguerre semble désormais avoir un impact sur la situation académique des étudiants qui, en se pliant aux exigences de l’ANBG pourraient perdre leur bourse. Un véritable préjudice que n’a pas manqué de dénoncer le président de la Conférence gabonaise des grandes écoles et universités du privé, Pr. Daniel Franck Idiata, tout en invitant les pouvoirs publics à régler cet imbroglio.  «  Nous sommes des partenaires de l’État, nous n’avons aucun intérêt à ce que ce problème aboutisse à de telles extrémités. Je pense et je souhaite que l’ANBG revienne à la raison et règle ce problème », a-t-il confié.

Morel Mondjo Mouega

Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lancement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019.Rédacteur en chef

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page