A La UneDerniers articlesJUSTICE

Biens mal acquis : Pascaline Bongo et une avocate française jugées en janvier à Paris !

Diligentée par le Parquet national financier (PNF), l’enquête portant sur les biens mal acquis devrait connaître un pas de géant à compter de janvier 2024. Selon notre confrère Libération, Pascaline Mferi Bongo Ondimba comparaître pour « corruption passive d’agent public étranger » en compagnie de l’avocate française Danyèle Palazo-Gauthier.

À l’heure où le Gabon connaît une transition inouïe conduite par les militaires désireux de restaurer la dignité de son peuple, la justice française pour sa part s’attele à rendre dynamique le dossier inhérent aux biens mal acquis. D’ailleurs, Libération dans sa parution du jeudi 5 octobre 2023 révèle qu’à la suite de l’enquête du Parquet national financier (PNF), Pascaline Mferi Bongo Ondimba sera jugée.

Le tout premier enfant d’Omar Bongo jugé ?

C’est ce qu’annonce le très sérieux Libération dans sa livraison de la veille. « Ce sera la première des Bongo à devoir s’expliquer sur des accusations de corruption. Le procès sera à ce titre emblématique », a déclaré notre confrère. Ainsi donc, l’ancien Directrice de cabinet de feu Omar Bongo Ondimba devra rendre de comptes sur son implication autour des transactions jugées doutes par le parquet financier national.

 Âgée de 67 ans, la fille ainée de l’ancien président du Gabon comparaîtra à Paris les 29 janvier et 1er février 2024. Une première avancée dans cette enquête vieille de 4 ans qui aurait permis de recenser une banque de données qui mettraient à mal le clan Bongo et ses proches. À ce propos, une avocate francaise devrait aussi passée à la barre.

Danyèle Palazo-Gauthier, attendue à la barre !

Avocate au barreau de Bordeaux et femme très proche du cercle Bongo, Danyèle Palazo-Gauthier devra répondre des accusations qui pèsent sur elle. « En janvier 2024, la fille d’Omar Bongo ne sera pas seule à la barre. Danyèle Palazo-Gauthier, suspectée d’avoir participé aux montages financiers du clan gabonais ».

Il est évoqué par Libération, « le chef d’inculpation de complicité de corruption passive ». La conseillère inséparable de Pascaline Mferi Bongo Ondimba, cette dernière serait citée en correctionnelle par le Parquet national financier pour « complicité de corruption passive d’un agent public étranger », délit dont aurait profité l’héritière.

Les inséparables appelés à rendre des comptes

Selon nos sources, la fille héritière de feu Omar Bongo Ondimba et l’avocate au Barreau de Bordeaux seraient des amies de longues dates. « Les deux femmes se sont connues durant leurs études, et Danyèle Palazo-Gauthier apparaît dès octobre 1980 sur un document crucial réalisé au profit du patriarche Omar », precise Libération.


Une pièce cruciale qui aurait été versée au dossier des « biens mal acquis ». Marraine d’une des filles de Pascaline Mferi Bongo selon Libération, Danyèle Palazo-Gauthier aurait assisté, au moment des faits, à la réalisation du testament de l’ancien Chef de l’État devant notaire, avec comme autre témoin de la scène un magistrat honoraire de Libreville. Nous y reviendrons !

Lyonnel Mbeng Essone

Rédacteur en chef adjoint, je suis diplômé en droit privé. J'ai longtemps fourbi mes armes dans les cabinets juridiques avant de me lancer dans le web journalisme.Bien que polyvalent, je me suis spécialisé sur les questions sociétés, justice, faits-divers et bien sûr actualités sportives.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page